LE TRIPODE

La Séparation

Sophia De Séguin


La Séparation est le récit, tragique et drôle, d’une vie au bord de la rupture.
Après une séparation amoureuse, une femme tient le journal intime de ce qui lui arrive, sans souci de tomber.
Ce texte, qui est la première œuvre publiée de Sophia de Séguin, est extrait d’un journal commencé il y a neuf ans à la suite d’une rupture amoureuse. Son existence ne nous a été révélée que par accident ; l’humour tragique de certaines pages, la beauté crue d’autres nous ont fait espérer qu’elles soient publiées. L’auteur y a consenti, précisant toutefois que ces pensées étaient partiales et, désormais, d’un autre monde.

L’Auteur

Née en 1986, Sophia de Séguin a fait des études de lettres puis appris la programmation informatique à l'école 42, dont elle est désormais l'une des ambassadrices. La Séparation est son premier texte publié.

Presse

Un texte rare et charnel
Olivier Mony - Sud Ouest

J'ai aimé la douce folie de ce texte en sursis, au bord de l'excès, mais toujours en contrôle de son impuissance, de son besoin de radicalité, de son ironie sans romantisme. Un texte bien trop lucide qui fait mal au ventre, au coeur, à la tête, partout. Doux titre pour dire l'horreur de l'amour perdu, d'une sincérité crue, La Séparation est une variation rarement lue sur l'amour et la beauté de ses ratés, ses ennuis désespérés, ses souffrances abyssales. On ne fait pas de la littérature avec de bons sentiments mais avec les viscères.
L'Espadon - critique complète ici

« Moi je suis bien une fille de mon époque : hypermoderne, fascinée par le langage, les raisons de mon existence, folle, prisonnière d’images. » Ainsi s’exprime cette fan de digital qui prend la plume après une rupture amoureuse pour revisiter son histoire. Un ton contemporain, dépourvu de pudeur pour un premier texte original, composé d’impressions, d’émotions et de questions existentielles.
Kerenn Elkaïm - Grazia

On peut se régaler de la fougue, toutes griffes dehors (comme le guépard de la belle couverture), avec laquelle elle narre ses émois, ses effrois, ses états corporels, son manque de l’amoureux parti, son envie de se jeter par la fenêtre. C’est finalement très sain, cet épuisement du chagrin d’amour par l’écriture
Anne Kiesel - Ouest-France

Son livre frappe avant tout par la sensibilité générationnelle qu’il révèle (...) De tant de liberté naît de la nouveauté, de la beauté, des images rares, exquises, un raffinement au timbre plus ample et moins complaisant.
Cécile Dutheil - En attendant Nadeau

Ressassement et sidération de la séparation, sa sincère mise à nu, aussi. Avec un style éblouissant, en constant équilibre avec l’excès, ce journal biaisé, d’une détonante qualité de présents, donne à entendre les vertiges, jouissances et souffrances, corporels. Surtout Sophia de Séguin capture la sauvagerie contemporaine d’une certaine jeunesse, ses exaltations et ses luttes, pied à pied, contre la résignation.
La viduité

Rares sont les premiers textes édités tirés de journaux intimes ; c’est le cas de La séparation, récit d’un évènement aussi ordinaire que tragique : la rupture amoureuse. C’est à cet ébranlement terrible que Sophia de Séguin se confronte dans ce livre, avec lequel, d’une écriture très maîtrisée, elle en explore et en restitue la blessure.
Sophie Benard - AOC

Jamais tranquille, toujours en mouvement, ce texte est contemporain, brillant, charnel, miroir de nos névroses et de notre légèreté, messager de nos tragédies et de notre intarissable résilience. Sophia écrit comme elle respire, comme elle aime, comme elle vit. Avec brusquerie et élégance, avec panache et avidité. Et on la suit, dans ses pensées, et partout ailleurs.
Librairie des gens qui lisent - Sartrouville

Un condensé d’émotions, un livre qui parle à tous ceux qui ont connu une rupture difficile, qui ont été touché par la tristesse et la mélancolie causées par le départ de l’être aimé.
Jean-Louis Zuccolini - Froggy's delight

Des pensées éphémères, notées comme des pense-bêtes, et les souvenirs aimés et détestés qui s'accrochent, qui prennent la place du temps autrefois occupé par l'autre. C'est une plume impudique, raffinée, crue et cruelle... poussée par le besoin impérieux d'écrire, cheminement vers l'oubli.
Librairie La Mémoire du monde - Avignon

Déconcertant, que ce journal très intime d’une jeune fille dérangée, dérangeante. Où l’on s’abîme dans le refus d’un échec amoureux, éclairé par des saillies lucides et fielleuses, une plume élégante dans sa crudité.
Hugo - Librairie Vent de soleil - Auray

Puisant dans son journal intime, Sophia de Séguin publie un premier récit sur une rupture amoureuse. D’une plume à la fois vivre et acérée, elle raconte avec justesse un épisode douloureux, dont la résonance est universelle.
Elise Turkovics - À voir à lire

Un livre sous la forme d’un journal intime sans équivoque, à la plume à la fois insolente, sensuelle et acide (...) Il y a, toujours, ou souvent, de la solitude et la remémoration des souvenirs, dans une séparation. Le temps qu’on passait jadis avec l’être aimé est désormais utilisé à se souvenir de ce que nous faisions ensemble, de ce que nous étions. On s’apitoie parfois sur son sort, il y a de la mélancolie, de la tristesse, parfois une forme de rancœur et de cruauté. Il peut aussi y avoir un temps où l’on perd un peu pied, où la réalité semble être une chimère. Dans ce tout premier livre, Sophia de Séguin retrace tout ceci tour à tour, dans ce journal intime débuté il y a neuf ans à la suite d’une rupture.
Marine Stisi - Toute la culture

L’écriture introspective accueille cette « obstination orgueilleuse », ce dépit, cette forme de chagrin en colère prompt à voir partout la « bêtise » des gens, des situations, des sentiments. Cet orgueil qui la tient et qui apparaît plus sûrement comme une vanité, une position sur la corde, sans filet, entre morgue et vide dont elle n’est jamais dupe. Adrien lui manque. Son corps, surtout. Elle le dit, de façon très directe et triviale. Mais son manque n’est pas nostalgie énamourée. Sa lucidité dépèce.
Véronique Rossignol - Livres Hebdo

On ne sait jamais, sous la plume de Sophia de Séguin, ce qui relève de la sincérité ou du second degré, des souvenirs vécus ou du fantasme. Mais n’est-ce pas le propre de toute histoire d’amour que de s’accrocher au rêve comme à la réalité ?
Sarah Elghazi - LM Magazine

Très bon et étonnant ! Une femme partage des bribes de ses pensées depuis sa rupture avec Adrien, amour de sa vie. Elle revit alors les moments passés, décrit un quotidien d'une banalité sauvage, tantôt avec colère, tantôt avec humour ou cruauté. Ce brillant patchwork est viscéral, réflexif et percutant, et met souvent le sourire - voire le rire - aux lèvres, qu'il soit sincère, jaune ou nostalgique. Bravo !
Librairie Le Bateau livre - Lille

Diamant brut de douleur de poésie et d'espoir. Pour les cœurs les plus braves.
Librairie Études - Toulouse

Chronique d'une rupture amoureuse au style à la fois surprenant et éblouissant. Lecture sauvage, lecture vibrante. 
Librairie des thermes – Bagnères-de-Luchon