logo_tripode LE TRIPODE
 
Facebook Twitter issuu

Le Vaillant petit Tambour Major

Boll


Un conte de Noël façon Boll.

Boll dessine à l’encre de Chine tel un calligraphe. Une hésitation, la plus petite distraction, et c’est la totalité du dessin qui est à refaire. Cette technique assez kamikaze, il l’emploie ici pour nous conter la vie d’un petit tambour major, de ses origines champêtres à son arrivée fatidique sous un sapin de Noël. Qui a dit que les enfants étaient des anges ?


Extrait de la postface :
Ma petite soeur n’avait rien d’une perturbée. Elle se contentait de suivre le mouvement général avec une certaine application. Tout ce que la maisonnée comptait de marmots, soit trois chérubins, s’adonnaient sans retenue à cette innocente pratique du découpage en règle de poupées plastique et d’ours en peluche. On se fournissait en matériel adéquat dans l’établi paternel et on s’attelait à l’ouvrage dans la joie, la bonne humeur et les copeaux.
 

L’Auteur

Boll est l'auteur du premier roman L'Affaire est dans le sac en papier. C'est aussi un dessinateur bien connu du monde du livre, puisqu’il est l’illustrateur attitré du magazine Livres Hebdo, qui vient de publier une anthologie de ses meilleurs dessins pour le magazine sous le titre : Coups de Boll.

 

Presse

Une « histoire sans paroles (...) raconte tout en dessins le destin d'un jouet, depuis le bois dont il est fait jusqu'à son arrivée dans les mains d'un enfant. Avec "Monsieur Boll", comme il aime se présenter, on se doute que la chute sera redoutable... »
Catherine Andreucci, Livres Hebdo

« Un conte de Noel muet raconte en dessins noirs par Boll souvent dans la Gazette. Un sens de la calligraphie extrême orienta le com me nul autre, un coup de pinceau magistral, une histoire enlevée »
Hannibal Lecteur, Fluide Glacial

« ll a l'amour du travail bien fait et le goût de la destruction soignée. De son trait raffiné qui fait mouche, le dessinateur Boll nous raconte un jouissif conte de
Noël. Comme l'oeuf et la poule, qui a été déposé en premier sous le sapin : le joujou ou le marteau ? »
Charlie Hebdo