logo_tripode LE TRIPODE
 
Facebook Twitter issuu

Le Sillon

Valérie Manteau


« Je rêve de chats qui tombent des rambardes, d’adolescents aux yeux brillants qui surgissent au coin de la rue et tirent en pleine tête, de glissements de terrain emportant tout Cihangir dans le Bosphore, de ballerines funambules aux pieds cisaillés, je rêve que je marche sur les tuiles des toits d’Istanbul et qu’elles glissent et se décrochent. Mais toujours ta main me rattrape, juste au moment où je me réveille en plein vertige, les poings fermés, agrippée aux draps ; même si de plus en plus souvent au réveil tu n’es plus là. »

Récit d’une femme partie rejoindre son amant à Istanbul, Le Sillon est, après Calme et tranquille (Le Tripode, 2016), le deuxième roman de Valérie Manteau.

Retrouvez Valérie Manteau à la quarantième édition du Livre sur la place à Nancy - 7-9 septembre 2018, à la Fête de l'Humanité le samedi 15 septembre, au festival Le Livre dans la boucle à Besançon - Le 16 septembre

 

Le Sillon fait partie des 32 romans en lice pour le Prix du roman Fnac 2018.

 

LIRE L'INTERVIEW DE L'AUTEUR

LIRE LES PREMIERES PAGES DU ROMAN

 

L’Auteur

Valérie Manteau est née en 1985. Elle a fait partie de l’équipe de Charlie Hebdo de 2008 à 2013. Elle vit désormais entre Marseille, Paris et Istanbul.

Livres de l’auteur en poche

Presse

Merci pour ce roman que j'ai excessivement, passionnément, profondément, infiniment adoré, et qui remue de l'intérieur. 
Cécile - Librairie La Cour des grands - Metz

On y trouve la saveur d'une quête personnelle et amoureuse, l'importance du contexte et du cadre stambouliote, la position de Valérie Manteau à la fois très concernée et très distante du quotidien des Turcs... il est si riche et beau ce texte !
Simon - Librairie du Canal - Paris

Comme une errance, Le Sillon porte majestueusement son titre - lui fait honneur - et toute la forme littéraire empruntée par Valérie Manteau, rend grâce à la voix de son voyage. Amante, témoin, passagère d'une ville : Istanbul aujourd'hui et au-delà de ses murs. La magie et la grâce de l'écriture en dessinent une boucle superbe sur le Bosphore, engagent toutes les trajectoires et perspectives de lecture.
Anna - Librairie Passages - Lyon

Un vrai beau roman délicat !
Librairie Ouvrir l'Oeil - Lyon

Je suis complètement sous le charme de ce texte. J'ai été à Istanbul et je retrouve la fascination et la curiosité que j'ai pour cette ville lumière, dans les mots de Valérie Manteau. Je pense à Vélibor Colic (qui lui aussi, peut-être, ne doit pas souvent "faire l'amour dans sa langue maternelle"), je pense à Sorj Chalandon parrain d'Ahmet Sik..... et à Burhan Sonmez et Leyla Erbil, je jubile à chaque citation d'Asli Erdogan !
Juliette – Librairie Quai des brumes - Strasbourg

Un livre dense, passionnant, riche politiquement et culturellement. À défendre pour cette rentrée littéraire !
Marie - Librairie Folies d'encre - Les Lilas
 
Un livre puissant et un magnifique hommage à ce militant pour la paix qu'était Hrant Dink ! J'espère que de nombreuses graines germeront dans le sillon creusé par Valérie Manteau ! Nous avions organisé il y a quelques mois à la librairie une soirée lecture en hommage aux écrivains et journalistes turques pourchassés par le régime. Ce livre en offre une belle résonance et donne tant envie de lire Pinar Selek, Asli Erdogan, Ahmet Altan et les autres...
Clémence - Librairie La Fleur qui pousse à l'intérieur - Dijon
 
Un très beau roman, important.
Olivia Suisse - Fnac - Boulogne
 
J'ai trouvé Le Sillon très intéressant pour ce qu'il dit de la Turquie d'aujourd'hui et donc de l'Europe. Pas rassurant certes, mais intelligent et touchant quant à la manière dont cela nous remet en question, nous Européens, sur la question de l'accueil des migrants notamment et sur la démocratie que l'on croit toujours acquise.
Nolwenn - Librairie de la Hab Galerie - Nantes
 
Un roman foncièrement politique. (...) Le Sillon donne les clés pour une lecture plus fluide de la situation des intellectuels turcs,il éclaire sur la géopolitique ce cette région du monde.
Sandrine Giraud - Fnac Forum des Halles - Paris
 
Je viens de finir le roman et je suis toute émue... Cette lecture va me poursuivre longtemps, comme Calme et tranquille ne m'a jamais quitté.
Cécile - Librairie Les Bien-Aimés - Nantes
 
Encore secouée, bouleversée par "Le Sillon" de Valérie Manteau. Il y a des livres que l'on veut à la fois dévorer et ne pas quitter. Quelle force, quelle ode à la liberté, à la paix et surtout à Hrant-Dink !  Livre magistral de la rentrée littéraire.
Valérie Schopp -  Librairie l'arbre à mots - La Rochelle

 

Il y a chez Valérie Manteau, quelque chose de Marguerite Duras. Cette façon de lier l'intime et l'Histoire, le récit d'un amour qui s'effiloche aux convulsions politiques de la Turquie. Son écriture aussi, simple, directe, qui traduit l'urgence à raconter. Oui Duras, la vanité en moins !
Virginie Schmitt - Librairie Le Forum du livre - Rennes

Comment ne pas être abasourdi(e) par « Le Sillon » de Valérie Manteau ? Je crois que c'est impossible. (...) J'ai suivi son cheminement, sa colère, ses doutes, ses emportements, sa résistance, son attachement profond à l'intelligentsia de cette ville cosmopolite, celle qui s'oppose, l'esprit libre et la plume acérée, au régime stupide et dictatorial d'Erdogan. Hrant-Dink, journaliste assassiné en janvier 2007 en pleine rue à Istanbul, devient le début de son Sillon, de ceux et celles qui, profondément, unissent leurs forces pour vivre en paix, contre tout communautarisme. Au delà du fait que ces gens soient morts, en exil, en prison ou prêchent dans le désert, l'héroïne nous narre ses rencontres avec une grâce touchante. Manteau nous donne à voir, à ressentir, à éprouver, à s'énerver franchement, à s'enthousiasmer, à s'émouvoir, à se révolter.(...) C'est remarquable. Un grand coup de cœur de la rentrée prochaine.
Fanny - Librairie Le Grenier - Dinan

Avec Le Sillon, son deuxième roman, Valérie Manteau persiste et signe sur le chemin d'une voix hors norme et d'une écriture incarnée et sensuelle. Une immersion dans l'histoire et le présent d'Istanbul sur les traces du journaliste Hrant Dink qui prend au corps et dont le souffle ne laisse aucun répit.
Anaïs Ballin - Librairie Les Mots et les choses - Boulogne

J'ai beaucoup aimé, je reviens de cette lecture un peu secoué, c'est un texte exigeant, intéressant, riche, percutant, touchant, intelligent, poétique...
Arnaud - Fnac - Angers

Très, très bien.
Librairie L'Odeur du temps - Marseille

Si Le Sillon est l'un des livres importants de cette rentrée littéraire, c'est pour ce qu'il imprime durablement en nous, ce sillon marqué légèrement au départ et qui se creuse progressivement jusqu'à laisser sa trace indélébile. Longtemps après la lecture nous sommes habités par la narratrice, ses questionnements, ses relations aux autres, ses errements, autant que par Hrant Dink et la question de ce que l'engagement exige de sacrifices. La légèreté d'une histoire d'amour stambouliote est très vite recouverte d'un voile de douleurs et d'émotions au fur et à mesure que la narratrice sonde son passé de journaliste à Charlie Hebdo, ou celui de Hrant Dink, journaliste arménien de Turquie assassiné. Le tout donne au livre un souffle unique et nous laisse sans voix.
François Annycke - Programmateur du Salon du livre d’Arras.

D'abord Le Sillon est une langue : précise, fluide (…) Ensuite c'est une géographie. Celle d'Istanbul, de ses rues, des errances qu'elles permettent, du Bosphore que l'on passe et repasse. C'est ici que nous avait quitté Valérie Manteau dans Calme et Tranquille, c'est ici qu'on la retrouve avec joie, avide de partir à ses côtés à la découverte un peu chaotique de cette capitale hybride et envoûtante. Le Sillon est aussi une époque : celle de la bascule effrayante de la république turque à autre chose de monstrueux qui s'attaque aux écrivains, aux journalistes, aux pacifistes, à ceux qui veulent construire en pardonnant, à la société civile, aux témoins.  C'est enfin un grand hommage rendu à Hrant Dink, journaliste arménien fondateur du journal qui donne son nom au roman, assassiné en 2007. (…) C'est avec exigence et humilité que Valérie Manteau dresse le portrait de cette figure turque de la contestation. Le Sillon représente donc ce que la littérature peut produire de plus puissant lorsqu'elle décide de parler de son époque : réflexive et esthétique, exigente et accessible, elle nous éclaire le monde.
Géraldine – Librairie des Pertuis – Saint-Pierre - Oléron