logo_tripode LE TRIPODE
 
Facebook Twitter issuu

Notre Château

Emmanuel Régniez


Un frère et une sœur vivent reclus depuis des années dans leur maison familiale. Ils l’ont baptisée « Notre château ». Seule la visite hebdomadaire du frère à la librairie du centre-ville fait exception à leur isolement volontaire. Et c’est au cours de l’une de ces sorties rituelles qu’il aperçoit un jour, stupéfait, sa sœur dans un bus de la ligne 39. C’est inexplicable, il ne peut se l’expliquer. Le cocon protecteur dans lequel ils se sont enfermés depuis vingt ans commence à se fissurer.
 
On pourrait penser au film Shining de Kubrick ou au roman La Maison des feuilles de Danielewski. En reprenant à son compte l’héritage de la littérature gothique, Emmanuel Régniez réussit un roman ciselé et singulier, qui comblera les amateurs d’étrange.
 
 
« Une langue d'une sobriété parfaitement efficace »
Avril Ventura, Le Monde
 
« Un premier roman étonnant de maîtrise »
Alain Nicolas, L’Humanité
 
« Délicieusement malsain » 
Clémentine Goldszal, Vanity Fair
 
« Une sombre et belle découverte »
Bernard Quiriny, L'Opinion

 

 

Lecture musicale de Notre Château en trio - Écouter un extrait :


 

L’Auteur

Emmanuel Régniez est un écrivain de langue française. Notre Château est son premier roman. Il est aussi l'auteur de l'Abc du gothique aux éditions Le Quartanier.

Livres de l’auteur en grand format

Presse

"Quel singulier roman que Notre château qui par son écriture répétitive et hypnotique nous envoûte et nous obsède pendant longtemps. Dans une ambiance gothico-fantastique, cet étrange couple fraternel dérange et fascine en même temps, pour nous livrer un roman hors du temps mais résolument moderne." Anthony Bourel - Gibert Jeune - Paris

"Une histoire étrange qui n'est pas sans rappeler les nouvelles fantastiques de Maupassant ou les romans gothiques de Daphné Du Maurier... Lancinant et hypnotique, ce roman à l'atmosphère si particulière vous colle à la peau..." Librairie Delamain - Paris

"Construit comme un mantra magique, dans une langue répétitive jusqu'à rendre la fable hypnotique, ce Château développe sa propre ambiance, massive et feutrée, édifice littéraire à l'architecture unique, hors du temps et de l'époque, aussi démodé qu'il est inquiétant. Envoûtant, lancinant, c'est un roman qui possède sa propre logique, son propre langage et rien que pour ça, il mérite qu'on en pousse les lourdes portes." LIbrairie Obliques - Auxerre

"Inspiré de Kubrick, Notre Château d'Emmanuel Régniez à ce je ne sais quoi de terrifiant et fascinant à la fois." Marilyn Anquetil - Librairie Mollat - Bordeaux

"Par la musique de sa langue riche en répétitions et variations, redites et légers décalages, et un usage des superlatifs tout à fait extraordinaire, Emmanuel Régniez hypnotise son lecteur comme peut le faire un Philip Glass ou un Michael Nyman. Car si les références musicales de Notre Château vont à Schubert et Couperin, si le texte scande des comptines à la manière d'un conte classique, et si les références littéraires à la littérature gothique du XVIIIème siècle hantent ce livre, vous serez porté dans l'univers de Notre Château par une langue d'une grande modernité, des phrases courtes, un rythme rapide, un vocabulaire contemporain. Bref Notre château est un livre intense, dévorant, fascinant." Librairie A Livre Ouvert - Bruxelles

"Prenez votre souffle, frappez... Et entrez !" Librairie Passages à Lyon

"Vouloir résumer l’ambiance de Notre Château est risqué, l’ingéniosité d’Emmanuel Régniez est d’avoir construit un roman aux multiples facettes servi par une écriture toute en finesse. Un roman dont l’expérience est unique et à vivre absolument." LIbrairie du Tramway à Lyon

"Amis du bizarre, ce livre est pour vous. Un roman de l'étrange avec un soupçon du mouvement absurde Beckettien. Un vrai plaisir de lecture, et c'est (encore) aux éditions Le Tripode ! Nous vous le conseillons !" Librairie Les Lucioles ) - Vienne

"Notre Château est terrible. Il y a quelque chose d'un Neil Gaiman, dans cette ambiance d'enfance prolongée, cloisonnée, au delà du raisonnable et jusqu'à l'horreur ; je me suis même pris à penser aux Enfants Terribles de Cocteau..." Jérémie, Librairie Gibert Barbès

"Œuvre au style magistral à la fois précis et multiple, qui nous captive, nous aimante et nous plonge, nous lecteur, dans une ambiance délicieusement étrange et troublante. Un premier roman qui étonne par sa maturité et sa maîtrise." Florian, librairie Decitre à St Genis.

"C'est intense et court... Trop court."
Gwendoline Touchard - Les Mots et les choses - Boulogne Billancourt

"Emmanuel Régniez installe, en seulement quelques phrases finement calibrées, une ambiance hypnotique et inquiétante, et manie avec maîtrise son récit, entre fantastique et dérive vers la folie d’un narrateur peu fiable, marqué par les contes cruels, les fantasmes et les peurs d’enfances"
Marianne Loing - Librairie Charybde.

" Le lecteur est entraîné dans un univers clos, inquiétant, traversé par les fantômes du passé ou du présent. Les pages se tournent très vite, le style d'Emmanuel Regniez est rapide et contemporain : un vocabulaire quotidien, volontiers répétitif, des phrases courtes, précises, dont la juxtaposition participe avec intelligence à la construction de l'atmosphère étrange de ce roman. Un exercice réussi, à conseiller à tous les amateurs d'ambiance gothique et de récits fantastiques." Elise et Robin - Librairie Les Mondes magiques à Rouen

"Hypnotique, gothique, étrange... Notre Château, premier roman, est étonnant. Répétitif tel un mantra, il fait rentrer le lecteur dans un monde inquiétant dont il aura du mal à se sortir... " Librairie Le Carnet à spirales à Charlieu

"Notre château nous plonge dans une relation étouffante, faite de secrets et d'ombre. (...) On trouve ici des parfums de Poe, des airs de l'hôtel Overlook, c'est très réussi! »
Jean-Philip Guy, librairie du Soleil (Ottawa)
 
Les lecteurs du réseau social du livre Libfly.com :
"Un livre dérangeant, glaçant, dont on se souvient."
"Je viens de terminer le premier roman d’Emmanuel Régniez "Notre Château" et j’en reste coite, bouche bée, interdite, éberluée, déglinguée."

"Cette syntaxe de la récurrence, celle d'un conte de fées malade, provoque un malaise hypnotique dont on ne peut espérer pouvoir sortir qu'une fois la derniere page tournee - pour peu que l'on ne se laisse pas happer par les somptueuses photographies de Thomas Eakms en fin d'ouvrage. Ce trés bref
roman, héritier d'Henry James, Daphne du Maurier ou Maturin est de ceux qu'on n'oublie pas." Obskür magazine.

"Cette avalanche de comparaisons n’empêche toutefois pas Régniez de proposer un livre tout à fait original, qui renouvelle avec brio les vieux motifs d’une noble tradition littéraire – le rite, le château, la maison hantée, le mensonge originel, le secret familial, jusqu’à certains thèmes limites comme le parricide ou l’inceste. Cognez donc à la porte de Notre château, c’est la sombre et belle découverte de cette rentrée hivernale." Bernard Quiriny- L'Opinion

"Mais, avant d'être des lecteurs, Octave et Véra sont surtout les auteurs de leur propre légende : celle de deux enfants déçus par le réel, qui décident de se réinventer. La force du texte d'Emmanuel Régniez, servi par une langue d'une sobriété parfaitement efficace, réside dans ce tour de passe-passe : si, dans un premier temps, le lecteur pense que l'irruption du fantastique vient perturber le quotidien du château, il comprend que c'est au contraire la réalité qui est menaçante." Le Monde des livres - Avril Ventura.

"Emmanuel Régniez a puisé aux sources du roman gothique et chez les maîtres contemporains de l’inquiétante étrangeté des thèmes qu’il utilise avec originalité pour créer une atmosphère très personnelle dans ce premier roman étonnant de maîtrise" Alain Nicolas - L'Humanité

"Emmanuel Régniez rend un hommage appliqué à un genre qui sait mieux que tout autre exposer les travers de la nature humaine, et révéler les nébuleux tréfonds des fratries perverties." Les Inrocks.

"Il faut se laisser séduire — comment ne pas se laisser séduire ? — et plonger au cœur du mystère quotidien avec ce roman singulier d’un auteur dont on se dit, comme une évidence, qu’il faudra le suivre pour sa manière fascinante de rendre l’inquiétante étrangeté du monde." Christine Marcandier - Diacritik.com

"Un roman hypnotisant, dans lequel on chute" Le Soir.

"Cette étrange première fiction d'Emmanuel Régniez, écrit dans une langue sèche et répétitive, rend hommage aux canons du roman gothique." L'Obs

Un livre un jour du lundi 4 avril 2016 à revoir sur France 3.

Réécouter le coup de coeur de Radio Nova pour Notre Château

Réécouter le coup de coeur de Nikola Delescluse dans l'émission Paludes."

"On a trouvé le Edward Gorey frenchy. Premier roman, petit coup de maître." Chronic'Art

"Couple incestueux enfermé dans une vaste demeure depuis vingt ans, Octave et Vera ont basculé dans une folie hantée. Un premier roman
gothique et délicieusement malsain signé Emmanuel Régniez." Vanity Fair.

"Amateurs d’étrangetés, de curiosités et de miroirs déformants, plongez dans ce récit âcre-doux et envoûtant." Un dernier livre avant la fin du monde
 
"Dès les premiers mots, on avance frissonnant sur le fil d’une narration ultra-référencée, en cherchant à résoudre l’énigme de cette étrange fratrie, au sein de laquelle les liseurs écrivent leur propre scénario diabolique dont ils nous prennent à témoin. Ce vertige livresque est jouissif, d’autant plus qu’il brasse thèmes shakespeariens et hitchcockiens dans un chaudron où bout une mixture originale et savamment dosée." Onlalu
 
"Un ovni poétique qui s’avale en deux heures et obsède pour trois nuits" Blog "Débordements"
 
"Tout dans le style. Subtilement gothique et réussi. Tu goûtes et le rire et l'effroi." Pascal Arnaud - Editions Quidam
 
"Emmanuel Régniez parvient avec ce premier roman à renouveler avec brio un genre, hélas oublié." Le Matricule des anges - Eric Bonnargent
 
"Nous ne dirons rien de la chute, que chaque lecteur pourra d’ailleurs entendre d’une manière, ou de l’autre. Nous dirons simplement que la fin du roman est aussi réussie que l’est son commencement : une double qualité que l’on reconnaît aux plus grands romans" Paris-ci la culture