logo_tripode LE TRIPODE
 
Facebook Twitter issuu

Le Livre

Nicolás Arispe


Le Livre réinterprète sept épisodes de l’Ancien Testament : la création du monde par Dieu, le sacrifice d’Abraham, la venue de l’Ange vengeur, les doutes de Job, les lamentations de Jérémie, la prophétie d’Ezéchiel et la punition de Jonas. Ces récits bibliques sont ici désaxés (spatialement et temporellement) et figurés par des animaux. Dans la Création, Dieu est représenté en ingénieur d’une centrale nucléaire. Ezéchiel se réincarne dans un être au croisement d’un minotaure et d’un cadre d’affaires. Le sacrifice d’Abraham se rejoue au sein d’une communauté d’ours blancs au pôle Nord, près de l’épave d’un chalutier pris dans les glaces. Jonas s’est métamorphosé en un loup à bord d’un navire de la Renaissance, etc. Le mélange des symboles ou leur inversion, les références à notre monde contemporain, l’usage des figures mi-homme mi-bête... l’originalité des codes utilisés par Arispe, alliée à un dessin virtuose, réussit à remettre en lumière ce que nous pensions connaître, à nous refaire découvrir de façon sensible, au-delà des croyances, les dimensions poétiques et universelles de l’Ancien Testament.

Lire la postface de l'auteur en cliquant ici

Découvrir un extrait

L'auteur présente son roman graphique

Lecture-projection musicale sur Le Livre / contact : communication(a)le-tripode.net
Julien Jolly (Composition, synthétiseurs, Fender Rhodes) - Lucie Eple (Voix, basse) - Juliette Maroni (Animation)

L’Auteur

Nicolás Arispe est un auteur, dessinateur et illustrateur argentin. Né à Buenos Aires en 1978, il réalise sa formation à l’Institut Universitaire National des Arts (IUNA). Il est l’auteur et dessinateur de plusieurs livres, notamment Té de Palacio (2008), El insólito ascenso de Madame Pôl (2010) et El camino más largo (2012). Il est professeur de dessin et travaille régulièrement en tant qu’illustrateur pour l’édition, la presse et l’animation audiovisuelle. Le Tripode a édité Le Livre (2017) et La Mère et la Mort / Le Départ (2018).

Livres de l’auteur en poche

Presse

C'est assez vertigineux... J'aime beaucoup la mise en page, ces plages noirs mouchetées de blanc entre chaque étape, ce rendu à la fois dépouillé et grouillant des images, la puissance des blancs, l'ironie bienvenue avec La création du monde. L'univers de Nicolas Arispe et son imagerie sont saisissants !
Samuel Pouvereau - Librairie Fontaine - Paris

Le Livre m'a émerveillé ! Quelle grande idée d'utiliser le zoomorphisme pour réinterpréter ces épisodes de la Bible, que l'auteur raconte en quelques planches superbes, en quelques phrases choisies avec soin. Le dessin est particulièrement réussi, très poétique, et certaines pages à la fois belles et terribles. Quant au magnifique texte de la postface, il éclaire parfaitement le projet, grâce à l'évocation que fait Nicolas Arispe de ses références et souvenirs personnels. En somme, c'est un livre beau et puissant.
Vincent Ladoucette - Librairie Privat - Toulouse

Le Livre est un très beau livre. (...) Je trouve une grande force poétique au texte avec ces images-là, puissantes et envoûtantes.
Aurélie Garreau - Le Monte en l'air - Paris

La beauté profonde des images semblables à des gravures, le contraste poétique entre celles-ci et les sentences de l’Ancien Testament ont, de toute façon, tôt fait de fasciner. Et, tel le pêcheur de la couverture, on s’immerge volontiers dans cette atmosphère envoutante et évocatrice.
Daniel Muraz - Le Courrier Picard.

À mi-chemin entre le livre d’art et la bande dessinée, cet album ravira les initiés ou non.
Damien Canteau, Comixtrip

En tout cas, et je pese mes mots, c’est très TRÈS, très bien gratté avec un beau sens de la composition.
dBD n°113 (mai 2017)

Dessin majestueux et contenu splendide, Le Livre innove et émeut par son approche symbolique et contemporaine de la tradition. Un beau coup de cœur pour ce bel ouvrage à la portée universelle et au talent inédit !
Rachelle Gosselin – Culture BD

Une prière graphique, laïque et universelle pour questionner le devenir de l’humanité et ses responsabilités.
Lucie Servin - Le calamar noir

Une démarche audacieuse et originale. Le tripode se targue d’éditer des ovnis : cet ouvrage en est assurément un.
J. Milette – BD GEST

Plus que ces aspects formels, la démarche de l’auteur convainc dans sa sobriété, et invite, par sa concision, à la relecture. Elle appelle à la réflexion, au dialogue. Son texte conclusif, en fin d’ouvrage, s’avère indispensable pour cerner son approche, tant il est clair, passionné, sincère.
David Taugis – ACTUA BD

Les dessins donnent envie de les encadrer. Le travail d’éclairage sur la page permet tantôt à la lumière d’irradier, tantôt aux ténèbre de tout engouffrer, plaçant le lecteur dans un univers à l’énigmatique profondeur. Avec sa mise en forme sobre, ne contenant jamais plus de trois dessins par page, souvent moins, Le livre est un ouvrage philosophique tout en étant une oeuvre d’art.
Les Méconnus

 

Les vagues, l'obscurité, l'oeil du « grand poisson » qui s'ouvre et se ferme : le fait que le texte soit au-dessous des cases ou des pages pleines, et pas dans des phylactères, donne une dimension encore plus solennelle à l'ensemble. Une impression renforcée par le dessin, paysages hallucinés tout en hachures noires et blanches, quelque part entre Albrecht Dürer et Edward Gorey. Il faudra sans doute plusieurs lectures pour saisir toute la portée symbolique de ce « Livre ». Arispe parvient à donner une dimension inattendue du texte fondateur, lui qui dit dans la postface éclairante qu'il a « cessé de croire en Dieu ».
Amandine Schmitt - Nouvel Obs - Sélection "Les 15 BD qui font le printemps"

Le résultat est saisissant. Les jeux de lumière sont superbes dans ces planches en noir et blanc. Le récit, résumé à quèlques phrases, est sombre ; le dessin, sublime et parfois dérangeant.(...) Remarquable.
Gauthier Vaillant - La Croix

Le voilà produisant son propre imaginaire à base de paysages désolés et de représentations zoomorphiques dans un univers graphique fastueux. (...) Un ouvrage à la grande force symbolique.
Fabrice Piault - Livres Hebdo

Disons seulement pour finir que le lecteur, par-delà le choc esthétique et psychique éprouvé, est forcé de s'interroger sur le sens du contrepoint étrange, presque pervers, que tisse la juxtaposition du texte et des images.
Myrto Gondicas – Revue Phoenix n°27

Une méditation sur la portée du sacré dans notre inconscient collectif (..) Il s'agit d'une nouvelle vision, d'un nouveau regard, ni plus, ni moins
Zachay Claisse - L'Avis des bulles

Un ouvrage inouï et en tous points remarquable. (...) Cette rencontre entre notre préhistoire spirituelle et ue science-fiction atemporelle porte l'insaisissable éternité du texte par une concision humble et subtile.
Tenoua magazine

Vous croyez tout connaître de la Bible ? C’est que vous n’avez pas encore lu « Le livre » de Nicolas Arispe.
Guillaume Clavières - Planète BD

Que dire si ce n'est que c'est grandiose, vertigineux... Il se dégage quelque chose de tellement sensoriel à cette lecture... Mise en scène sobre et retenue, mais les compositions sont tellement grouillantes de trames, de vie, que l'ensemble reste dynamique tout en imposant grandeur et prestance. Sans parler des allers-retours avec le texte, la profondeur de la réflexion, les multiples niveaux de lecture... !
Andreas - Librairie Myriagone  - Angers.

Tout simplement superbe ! Je suis complètement envoûté, par le graphisme, le mélange fabuleux Hommes/Animaux, la relecture décalée mais en même temps revivifiée de la Bible.
Nikola Delescluse - Émission Paludes - Radio Campus Lille

Loin d'une BD dite "commerciale"; Le Livre demande assurément un effort assorti d'ouverture d'esprit pour être abordé et apprécié. Ce qui n'enlève rien à son évidente qualité graphique et à la démarche originale de Nicolàs Arispe qui mérite d'être saluée.
Pierre Burssens – AURACAN