logo_tripode LE TRIPODE
 
Facebook Twitter issuu

Jeu nouveau

Raphaël Meltz


Immersion sensible dans le Mexique contemporain, tragi-comédie d’un personnage au service de la diplomatie française et réflexion stimulante sur la notion de jeu, le roman est aussi un art de la digression, un éloge du télescopage, une défense de l’amitié.

Certains disent de Raphaël Meltz qu’il a du génie. Quelques-uns s’agacent du sabotage qu’il opérerait sur ses livres, le jugent fou, voire idéaliste. On le soupçonne surtout de refuser d’être là où on le croit et de prendre plaisir à brouiller les pistes – que d’autres croient si évidentes – entre l’homme, l’écrivain et le personnage. Bref : par sa façon si donquichottesque de suivre son désir envers et contre tout, et de jouer avec la vie, Raphaël Meltz réjouit. Dans un essai sur Flaubert (En haine du roman, Balland, 1982), Marthe Robert écrivait qu’un écrivain doit aimer la littérature jusqu’à l’exaspération pour l’arracher à ce qu’elle est, la renouveler, nous renouveler. Il y a de cela chez Raphaël Meltz. Par sa manière de nous interpeller sur notre monde, son Jeu nouveau ne ressemble à aucun autre livre.
 
Rencontre avec l'auteur au Monte-en-l'air le mardi 9 octobre à 19h, rue de La Mare à Paris.
 
 

L’Auteur

Raphaël Meltz est né en 1975. Il a cofondé et codirigé la revue R de réel (2000-2004) puis le magazine Le Tigre (2006-2014). Il est notamment l'auteur de récits (série Suburbs, 2012-2014; Lisbonne voyage imaginaire avec des images de Nicolas de Crécy, 2002), et de romans: Mallarmé et moi (2006), Meltzland (2007), Urbs (Le Tripode, 2013).