LE TRIPODE

La Fiction Ouest

Thierry Decottignies


Un homme est envoyé à Ouest : un parc d’attractions d’un genre nouveau censé lui procurer du travail après une période de formation in situ. Mais il ne se doute pas du destin qui sera le sien dans ce territoire crayeux perdu au milieu de nulle part...

Avec son premier roman, Thierry Decottignies nous fait partager les sensations d’un homme esseulé qui, jeté dans un univers où règne la folie et l’oppression, perd progressivement tous ses repères. Les mécanismes de l’aliénation imprègnent peu à peu son âme et son corps et plongent le lecteur dans la sidération. On retrouve, au gré des chapitres de ce roman virtuose, des accents du Dépeupleur de Beckett, de La Colonie pénitentiaire de Kafka, du W de Perec ou encore de Lenz de Georg Büchner. En nous initiant aux forces d’un lieu mystérieux et à ses logiques universelles de l'asservissement, le roman-poème La Fiction Ouest est une expérience de lecture rare. 

 

La création graphique de la couverture et des rabats du livre est une gravure réalisée exclusivement pour La Fiction Ouest par Guillaume Guilpart.

Lire un entretien avec l'auteur

 


©PaulGreen   

L’Auteur

Thierry Decottignies est un écrivain et traducteur né en 1980. Il vit aujourd’hui à Berlin. On lui doit notamment la traduction des oeuvres de Ben Marcus publiées aux éditions du sous-sol. 

Presse

Un premier roman inquiétant, dangereux et nocturne
Sébastien Lapaque - Le Figaro

Dans ce roman déstabilisant et poétique, seule la langue empêche que tout ne se défasse. La voix dénudée est le seul moyen de dire le vertige d’inexistence.
Sébastien Omont - En attendant Nadeau

Coup de coeur de la rentrée littéraire d'Oriane Jeancourt (magazine Transfuge) : réécouter l'émission Le Réveil culturel / France Culture

Pour écouter un extrait en avant-première : Richard Gaitet - Radio Nova

Spectaculaire cauchemar concentrationnaire, hallucination crayeuse affamée, insomnieuse et intérieure, La fiction Ouest se révèle, dans des phrases piégeuses et captivantes, un parc d’attraction sans issu ni initiation. D’une réussite formelle à la perfection entêtante, ce premier roman de Thierry Decottignies happe son lecteur dans un univers onirique d’où, par bribes éparses, dépersonnalisées et itératives, se dégagent une réflexion sur la fixation du langage, l’hypnose de sa musique et les temps changeants qu’elle ouvre. Il faut d’abord dire un mot sur l’écrin dans lequel advient cette longue vision de Fiction Ouest. Le livre, pour lui-même, est d’une grande beauté, sa mise en page d’une rare élégance, l’épaisseur de son papier entre en correspondance avec la densité d’un propos poétique. Si on entend par ce terme flou une suite de phrases dont les images suspendent la lecture et interroge sur le sens de nos grammaires crues naïvement trop fonctionnelles.
Pour lire l'intégralité de la critique : La viduité

Quel livre ! Une vraie claque. 
Emmanuel Régniez - Librairie Ptyx - Ixelles - Belgique

Hors normes ! Époustouflamment désespérant mais quelle force ! 
Librairie Livresse - Villeneuve-sur-Lot

J'ai été happée par cette spirale qui s'enfonce dans un noir d'encre toujours plus oppressant. Une grosse claque. [...] Un texte d'une grande maîtrise pour un premier roman. 
Mathilde - Librairie L'Hydre aux mille têtes - Marseille

Oui il faut une virtuosité à l'auteur pour nous captiver et finalement nous donner du plaisir à souffrir avec lui.... [...] Avec La Fiction Ouest, nous entrons dans une autre dimension. 
Librairie Le Marque page - Quintin

Une expérience de lecture rare !
Isabelle Lemercier - Librairie Autres rivages - Buchy

Superbe texte qui prend, qui perd, qui entraîne vers le fond en vous paralysant sous le coup d'une ambiance toute à la fois irréelle et pleine de sensations. On en sort hanté.
Aurélie Cartland Twinkleclaws - Lectrice

Superbe. J'aurais aimé l'écrire. Merci pour cette belle découverte.
Stéphane - Lecteur

 

Extrait