logo_tripode LE TRIPODE
 
Facebook Twitter issuu

La Mère et la Mort / Le Départ

Alberto Laiseca, Nicolás Arispe, Alberto Chimal


Dans ce double album, deux des conteurs les plus reconnus d’Amérique latine, Alberto Laiseca et Alberto Chimal, se saisissent avec délicatesse du thème du sacrifice qu’une mère est prête à faire pour s’opposer à un événement tragique et irréversible : la mort d’un enfant. En illustrant et réunissant les deux histoires par un effet de miroir exceptionnel au cœur de l’ouvrage, l’artiste argentin Nicolás Arispe offre une lecture qui va au-delà des mots. Ses illustrations en noir et blanc, symboliques et terribles, sont à la croisée d’Edward Gorey et de José Guadalupe Posada, du baroque et du paganisme, de la Première Guerre mondiale et des danses macabres médiévales.
 
Dans La Mère et la Mort, l’Argentin Alberto Laiseca s’inspire d’un conte de Hans Andersen et nous raconte l’abnégation d’une mère prête à traverser les paysages les plus hostiles et à sacrifier sa chair pour retrouver son petit.
Dans Le Départ, le Mexicain Alberto Chimal dépeint le long et douloureux deuil d’une mère qui perd son enfant lors d’un tremblement de terre.

Les deux récits, à mi-chemin entre la tragédie classique et la tradition orale, nous confrontent à nos peurs les plus profondes et à la question du deuil le plus douloureux qui soit, qui s’exorcise ici par la littérature et l’art.

Présentation des inspirations de Nicolas Arispe à découvrir en cliquant ici

 
Autre livre de Nicolas Arispe à découvrir au Tripode : Le Livre, paru en mai 2017.

L’Auteur

Alberto Laiseca (1941-2016) est un écrivain argentin hors norme. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages, dont Su turno para morir (1976) et Aventuras de un novelista atonal (1982) ses deux premiers romans, il construit pendant quarante ans une œuvre littéraire fascinante et diverse. Presque vingt années ont été nécessaires pour que sa saga monumentale Los Sorias soit écrite puis éditée en Argentine. À partir des années 2000, dans la pénombre et la fumée des cigarettes, il anime le programme télévisé « Contes de terreur » en récitant comme personne de la littérature fantastique.

Le Dessinateur

Nicolás Arispe est un auteur, dessinateur et illustrateur argentin. Né à Buenos Aires en 1978, il réalise sa formation à l’Institut Universitaire National des Arts (IUNA). Il est l’auteur et dessinateur de plusieurs livres, notamment Té de Palacio (2008), El insólito ascenso de Madame Pôl (2010) et El camino más largo (2012). Il est professeur de dessin et travaille régulièrement en tant qu’illustrateur pour l’édition, la presse et l’animation audiovisuelle. Le Tripode a édité Le Livre (2017) et La Mère et la Mort / Le Départ (2018).

Le Co-Auteur

Alberto Chimal, né en 1970 à Toluca, est l’un des écrivains les plus reconnus parmi la littérature mexicaine contemporaine. Son œuvre, originale et protéiforme, a été consacrée par de nombreux prix, des études critiques et plusieurs anthologies. Il est notamment l’auteur des romans Los esclavos (2009) et La torre y el jardín (2012), de nouvelles, de microfictions, de poésie, de pièces de théâtre et d’essais.

Presse

LA PRESSE ÉTRANGÈRE

C’est un livre aussi beau que sombre. Il pèse suffisamment pour que la main tremble en le portant. On sentirait presque le charbon, comme s’il nous parvenait des braises. Il y a tant de détails, de perspectives, d’expressions et de paysages que chaque page est un tableau funeste de la perte, rempli de références mythiques et picturales, aussi bien humoristiques que tragiques. Historiques et actuelles. Arispe trempe sa plume dans l’encre du sarcasme et de la critique, de la poésie et de l’eschatologie. Je pense aux premiers films du réalisateur du Seigneur des anneaux, Peter Jackson. Ils étaient un hymne au dégoût. Pleins de mutilations, d’excrétions, de morts terribles, à tel point que le côté hilarant prenait le pas sur toute panique. Ce livre est un objet d’art. C’est d’une terrible beauté.
Silvia Hopenhayn - La Nación (Argentine)

Il suffit d’ouvrir le livre pour voir apparaître ce qui relie les deux récits aux Mères de la place de Mai, aux mères d’Alep, à celles du collectif « Las Rastreadoras » au Mexique, dont les enfants ont disparu.
Alfabeta 2 (Italie)

Un album qui ne s’épuise pas en une lecture, ni en deux, mais qui contient plusieurs significations, à la fois nostalgiques, tristes et puissantes.
Los Inrockuptibles (Argentine)

Les illustrations d’Arispe donnent un ton à la fois lugubre et espiègle à ces deux histoires qui vous laisseront à bout de souffle et qui trouvent, au centre du livre, leur miroir. Sensationnel.
El Norte (Mexique)