LE TRIPODE

Attaquer la terre et le soleil

Mathieu Belezi


Attaquer la terre et le soleil narre le destin d’une poignée de colons et de soldats pris dans l’enfer oublié de la colonisation algérienne, au dix-neuvième siècle. Et en un bref roman, c’est toute l’expérience d’un écrivain qui subitement se cristallise et bouleverse, une voix hantée par Faulkner qui se donne.
 
Depuis plus de vingt ans, Mathieu Belezi construit une œuvre romanesque d’une cohérence étonnante, à la phrase ciselée. La musicalité qui frappe dès les premières lignes d’Attaquer la terre et le soleil fait écho à Le Petit Roi, son premier roman publié en 1998 aux éditions Phébus. Quant à son thème, il renvoie évidemment à sa grande trilogie algérienne, publiée successivement aux éditions Albin Michel (C’était notre terre, 2008) et Flammarion (Les vieux Fous, 2011 ; Un faux pas dans la vie d’Emma Picard, 2015). Est-ce la constance de ce parcours qui explique la fulgurance de ce nouveau roman ? Écrit en quelques mois, Attaquer la terre et le soleil dit en tout cas avec une beauté tragique, à travers les voix d’une femme et d’un soldat, la folie, l’enfer, que fut cette colonisation.


Illustration de couverture : Pasaje (2022), Martin Zanollo

L’Auteur

« Auteur révélation FNAC septembre 2022 »

Mathieu Belezi a enseigné en Louisiane (États-Unis), et beaucoup voyagé. Il a vécu au Mexique, au Népal, en Inde, et dans les îles grecques et italiennes. Il vit désormais à Rome et se consacre à l’écriture depuis plus de vingt ans.

Presse

 

C’est un très grand roman. Je suis certaine qu’il fera partie de ceux « qui resteront ».

Stephanie – Furet du Nord – Lille

 

Ce chant de mort est très réussi, c'est le purgatoire, ou l'Armageddon, ou les malheurs de Job, ou Exterminate all the brutes de Raoul Peck, et comme attendu, tout est très reluisant du côté des fondements de notre identité nationale. Ce qui est particulièrement intéressant et inattendu, c'est de mobiliser tout spontanément le background des lectures de l'histoire américaine à notre propre histoire au Maghreb. Quand j'ai vu le parcours de Mathieu Belezi à l'international, je me suis dit qu'il n'y avait que ce type de profil qui pouvait le faire. Un auteur monde quoi. L'expression de la violence, et de ses racines, mystico-religio-sociologico-contextuelo-racistes, de l'œil pour l'œil, est savamment réussie. On pense à Méridien de sang de Cormac McCarthy, encore l'Amérique. Ici Mathieu Belezi à le bagou qui va avec l'âge, et sait très exactement où il va, et il y va, Sainte Mère de Dieu. 

Lucie Eple – Le Pied à terre – Paris 18e.

 

Je l’ai trouvé formidable. J’ai adoré la construction de son récit et son écriture. C’est un très grand roman sur la violence liée à la colonisation, sur la perte, la folie, la résilience aussi et plein d’autres choses encore. Le format court n’empêche en rien de faire passer les émotions, c’est bouleversant.

Thomas – Librairie du Pincerais – Poissy

 

Ce roman est court, nul besoin d'artifices pour rendre la cruauté de cet épisode de l'Histoire. La plume de Mathieu Belezi efface le voile de l'oubli et donne à voir comme nulle autre la rage et le désespoir nés d'une volonté d'asservissement démesurée.

Notez bien ce titre qui arrivera en librairie le 1er septembre et en attendant, rendez-vous chez votre libraire pour commander Un faux pas dans la vie d'Emma Picard, premier pas à franchir avant d'explorer la force incroyable de ce nouveau texte.

Aurélie Barlet – Librairie La Pléiade – Cagnes-sur-mer

 

Attaquer la terre et le soleil est encore plus fort que C’était notre terre, roman de Mathieu Belezi que j’avais adoré.

Hélène Perenditis – Fnac Italie 2


Je viens de terminer le livre et je comprends votre enthousiasme à l’éditer dès le mois de septembre. C’est effectivement un grand livre, un regard inédit sur l’Algérie et la France. Et un angle d’attaque que j’ai trouvé très intelligent et très osé, celui de donner la parole aux colons, aux bourreaux naïvement bienfaiteurs d’une élévation pour le peuple d’Algérie. C’est glaçant même comme position. (…) C’est un très bon roman, et une très belle réflexion sur la colonisation.

Guillaume – Librairie Charlemagne – Toulon

 

Quel texte... court, mais tellement gorgé de toute la tristesse, du désespoir et de la haine qui a été engendrée par cette colonisation en terre d'Algérie... de part et d'autre, pour les colons comme pour les soldats et bien évidemment encore plus pour les peuples autochtones, quel carnage et quelle absurdité ont été engendrés suite aux volontés expansionnistes et colonisatrices de cette France du XIXe siècle, suffisante et peut-être même déjà moribonde...

Et ces deux voix qui s'entrelacent... celle des colons misérables et harcelés par le sort et celle des soldats français, barbares et sanguinaires... non vraiment, ils n'étaient pas des anges...

Quelle tristesse et quelle nécessité de lire un texte aussi juste et profond que celui de Mathieu Belezi...

Je suis convaincue que ce texte fera parler de lui et pour longtemps...

Laura – Librairie Arthaud – Grenoble


Gros coup de cœur pour Attaquer la terre et le soleil ! J’ai beaucoup aimé.

Véronique – Librairie Le Failler – Rennes


J’ai beaucoup aimé l’écriture de Mathieu Belezi.

Marine – Espace culturel Leclerc – Saint-Étienne-du-Rouvray (76)

                               
Belezi fait sa langue hostile et belle , comme le pays d'Algérie, pour dire l'ensorcellement des soldats en conquête, affolés par leurs outrages, et pour dire le rêve affamé des premiers colons, l'éreintement par les fièvres, par la peine et par l'autre redouté. L'autre redouté…

Fred – Librairie L’Éternel Retour – Paris 18e.

  
Coup de cœur de Mehdi !

Librairie Masséna – Nice


Bravo !

Librairie Folies d’encre – Saint-Ouen


Coup de cœur !

Librairie Le Failler – Rennes


On est plusieurs à avoir aimé (voir beaucoup aimé) Attaquer la terre et le soleil de Mathieu Belezi

Librairie La Friche – Paris 11e.


Coup de cœur de Sébastien !

Gibert Joseph – Paris 6e.


Merci, merci, merci de m'avoir fait découvrir Mathieu Belezi, merci pour la lecture de ce texte. Je ne suis pas une grande rêveuse, j'aime la littérature qui explore l'âme, qui noue et fait parler les silences avec tant de vérité et d'incarnation. L'humanité est pour moi le plus grand sujet de la littérature et ce texte en est l'incarnation lumineuse et cruelle. J'ai adoré.

Élodie – Librairie ICI – Paris