logo_tripode LE TRIPODE
 
Facebook Twitter issuu

La Femme au colt 45

Marie Redonnet


L’Azirie est tombé sous le joug d’une dictature. Lora Sander décide de fuir le pays. Sa vie de comédienne est devenue impossible. Elle prend le chemin de l’exil et rejoint l’Etat limitrophe de Santarie, munie de son colt 45.

 

"Il avait très envie de venir visiter ma cabine à bord de l'Arche de Noé. Je lui ai répondu que pour moi les jeudis soirs c'était fini. Plutôt me passer d'un homme que d'être sous son emprise. Il ne suffit pas que j'aie vendu mon colt. Même absent, comme la jambe d'un amputé, il continue de me faire mal."

 

Lire un extrait

 

La Femme au colt 45, en lice pour le Prix des libraires du Livre sur les quais 2016.

 

Arno Bertina et l'association des bibliothèques en Seine-Saint-Denis ont convié Marie Redonnet à une discussion autour du roman, le 27 novembre à la bibliothèque de Romainville : extraits. 

 

Le premier chapitre du roman lu par la comédienne Charlotte Talpaer

Laura Sander, ou La Femme au colt 45, vue par le dessinateur Jules Stromboni

 

L’Auteur

Depuis son premier roman (Splendid Hôtel, Minuit, 1986) jusqu'à son plus récent (La Femme au colt 45, Le Tripode, 2016), Marie Redonnet poursuit une oeuvre fascinante, qui chemine entre la fable et le scalpel.

Presse

"Marie Redonnet réussit à dire d’une voix claire, avec cette écriture minimale et d’apparence candide d’une grande force, la vie qui se défait, le désespoir de l’exil et l’embryon d’une nouvelle naissance."
Marianne Loing - Librairie Charybde

"Dans un style qui oscille entre théâtre et fiction, Marie Redonnet nous emmène sur les traces de Laura Sanders. Un roman bouleversant, sobre et puissant où il est question d'un exil, d'une fuite forcée et d'une vie qui bascule, et surtout d'une femme à la rencontre d'elle même."
Librairie du Mucem - Marseille.

"Sous couvert d'une grande simplicité narrative, la langue est poétique et se cache au fil des pages une tragédie contemporaine: celle de l'arme, objet témoin d'un tourment affectif dont il lui est difficile de se défaire et qui peut se retourner contre elle."
Sur le blog Le Monde de Mirontaine. 

"Juste magnifique !" Librairie Mollat - Bordeaux

"Complexe, ambivalent, sombre, conquérant, le personnage est riche et fascinant" Marie Céhère

 

"C'est le sentiment qu'on éprouve, ouvrant La Femme au colt 45 et voyant avec quelle évidence, quelle urgence on se fond dans ce nouveau texte, on l'adopte. A moins que ce soit l'inverse, que ce soit lui qui nous reçoive, lui dont l'extrême dépouillement nous permet dès les premières lignes de nous faire une place tout contre Lora, celle qui donne son titre au livre."
Nathalie Crom - Telerama

"Le retour sur la scène de Marie Redonnet ne pouvait mieux s'accomplir qu'avec cet éclat feutré dans l'existence d'une sorte de Calamity Jane post-moderne"
Muriel Steinmetz - L'Humanité

"Un univers, fabuleux et factuel qui s'impose avec force."
Astrid de Larminat- Le Figaro

"Evocation discrète des migrants actuels livrés à l'errance, cet intense roman nous enchante" L.P Le Figaro

"La fugueuse, de Marie Redonnet" : La Femme au colt 45 dans la sélection de 8 romans de la rentrée d'hiver 2016 de Ouest France

C’est à l’exil d’une femme qu’assiste le lecteur, tout au long d’un parcours qui se fait intense et subtil, dramatique par moments sans que l’écriture ne doive pour autant forcer le trait.
Culture remains - Interview de l'auteur à lire

Une aventure poétique, tout en finesse mais acerbe, un récit d’aventure qui pousse le protagoniste dans sa quête du soi. Un texte court mais puissant qui ose la différence et la nuance, là où l’on s’attend à un enchainement d’action et de réaction. Le Colt 45 comme symbole de la dominance masculine dans l’univers de Lora Sander, qui lui jouera des tours et la poussera, lors de leur séparation, à se réaliser en tant que femme et en tant que personne, provoquant un final aussi surprenant que lumineux."
Un dernier livre avant la fin du monde.