logo_tripode LE TRIPODE
 
Facebook Twitter issuu

Trio pour un monde égaré

Marie Redonnet


Un roman haletant de l'auteur de La Femme au colt 45 suivi d'une postface autobiographique inédite.

 

Willy Chow est un ancien rebelle qui vit dans une bergerie entre la mer et les collines. Il tente d’oublier un passé trouble, mais la guerre fait à nouveau rage à la frontière et menace la paix de son domaine...


Le scientifique Douglas Marenko n’est pas Douglas Marenko. Emprisonné dans une cellule d’un nouveau genre après avoir tenté de fuir son pays, on voudrait pour des raisons qu’il ignore lui faire endosser une nouvelle identité. Il résiste jusqu’à ce que ses geoliers lui présentent une femme censée être son épouse, et qu’il sait avoir connue...


Tate Combo a elle aussi quitté son pays, après une prophétie de son père qui prédisait la destruction de son village. Elle vit désormais dans la mégapole Low Fow, où un photographe en vogue a décidé d’en faire, à force d’opérations chirurgicales, l’incarnation d’une déesse qu’il vénère. Le jour où elle décide de rompre cette métamorphose imposée, des avions s’écrasent sur les tours de la ville...


Trois voix embarquées dans les tourments de pays en guerre qui s’entrelacent. Trois personnages qui tentent d’échapper à l’effacement programmé de leur être. Trois destins qui se font écho et font écho à la violence récurrente de leur monde. Marie Redonnet offre ici un récit haletant et magistralement orchestré sur les menaces, intérieures et extérieures, qui visent nos libertés.

Trio pour un monde égaré fait partie de la 1re sélection du Prix Roman France Télévisions 2018 et du Prix Ouest-France Etonnants Voyageurs 2018.

Lire l'incipit

Lire la postface autobiographique inédite de Marie Redonnet

Écoutez un extrait

Rencontrez Marie Redonnet en librairie :

Histoire de l'œil (Marseille) le 20 janvier
Ombres Blanches (Toulouse), le 24 janvier
Mollat (Bordeaux) le 25 janvier
Les Rebelles ordinaires (La Rochelle) le 26 janvier
Coiffard (Nantes) le 30 janvier
La Nuit des temps (Rennes) le 31 janvier
Ryst (Cherbourg) le 1er février
Brouillon de culture (Caen) le 2 février
Le Passage (Alençon) le 3 février
Quai des brumes (Strasbourg) le 7 février
La Fleur qui pousse à l'intérieur (Dijon), le 9 février
Maison de la poésie (Paris) le 14 février
Les Mots et les choses (Boulogne) le 15 février
La Voie aux Chapitres (Lyon) le 21 février
Folies d'Encre (Les Lilas) le 23 mars dans le cadre du festival Hors Limites.

 

 

L’Auteur

Depuis son premier roman (Splendid Hôtel, Minuit, 1986) jusqu'à son plus récent (Trio pour un monde égaré, Le Tripode, 2018), Marie Redonnet poursuit une œuvre fascinante, qui chemine entre la fable et le scalpel.

Livres de l’auteur en poche

Presse

On est happé et retourné dans la foulée, jeté dans les tourments d'un monde en miroir du nôtre, dans lequel la parole seule subsiste. Individualités broyées, sociétés en guerre, mise à distance du réel, fardeaux individuels au cœur desquels le verbe s'érige en ultime contrefort face au délitement du monde. On sent, dans Trio comme dans sa trilogie inaugurale, une volonté puissante de porter la parole, de la faire concrète, d'épuiser une fausse complexité structurelle pour se rallier à une poésie rémanente qui trouverait son souffle dans les creux. Porter une histoire personnelle, l'associer à une réflexion politique sur le monde contemporain et emplir le tout d'une langue terriblement écrite et pourtant désarmante de simplicité, venant flirter avec la parole théâtrale... Marie REDONNET est impressionnante. Ses histoires touchent à l'universalité tout en étant empreintes d'un parcours que l'on devine tout personnel, intime. Il y a une candeur brutale, une façon de nous mettre au pied du mur, mais là où j'avais le sentiment dans "Héritières" de ne trouver que désespoir, semble aujourd'hui poindre un peu de lumière, comme si la parole pouvait frayer son chemin dans les terres arides et desséchées de notre monde en perdition.
Andreas Lemaire - Librairie Myriagone - Angers

La langue dépouillée de Marie Redonnet a une apparence faussement simpliste, délestée de tout effet et de tout pathos, qui laisse par son étrangeté en lisière du fantastique s’ouvrir un espace béant d’où sourdent les menaces.
Marianne Loing - Librairie Charybde

Le monde de Marie Redonnet est à la fois étrange, fascinant et perturbant... J'aime beaucoup !
Marie-Laure Turoche - Librairie Coiffard - Nantes

Apres "La femme au colt 45" Marie Redonnet nous propose une fable ciselée, précise, qui ne s’encombre pas coquetterie littéraire. Trois récits, trois êtres uniques, qui s’enchâssent, se font échos dans une forme d'universalité. Il s'en dégage une force incroyable, la puissance de ce trio nous invite à voir le monde autrement...
Gilles Perrotin - Librairie Le Marque page - Quintin

Histoires d’un Monde anxiogène, violent, imaginaire mais si proche du nôtre. Pourtant, derrière le chaos l’espoir affleure, espoir fragile certes, mais incarné par les trois personnages principaux du récit  qui refusent l’asservissement et la fatalité, oeuvrant à leur échelle, pour un futur possible, une vie à reconstruire, à inventer. Marie Redonnet est parvenue à donner une vigueur et une puissance folle à ce texte grâce à son style rythmé, son écriture épurée, simplifiée à l’extrême qui va à l’essentiel  et nous capte immédiatement !
Virginie Schmitt - Librairie Forum - Rennes
 
Marie Redonnet nous livre un récit fort, engagé, à l'écriture dépouillée, hautement addictive, qui scrute les dérives et les angoisses d'une société contemporaine aux abois...
Mathieu Lartaud - Decitre - Grenoble
 
Trio pour un monde égaré fait partie de la sélection Fnac de la rentrée d'hiver 2018

 

 

"Marie Redonnet : la contradiction c'est violent, c'est douloureux, mais ça fait vivre aussi."
Marie Richeux - réécouter l'émission Par les temps qui courent (France culture)

"Les identités plurielles de la romancière Marie Redonnet et le corps imMOTSbile du comédien Denis Lavant"
Philippe Lefait - revoir l'émission Des Mots de Minuit #556

Marie Redonnet nous revient avec un texte d’une absolue pureté, aussi violent que charnel.
Olivier Barrot - revoir l'émission Un livre un jour

Avec ce nouveau roman, Marie Redonnet brouille les pistes, chamboule les repères du temps et de l'espace, pour mieux parler des violences d'un monde égaré, le nôtre, bien réel pour le coup (les guerres, les attentats, le culte du corps...). Les trois personnages sont exilés. Exilés de leur pays mais aussi de leur être. Ils tentent chacun à leur manière de retrouver le chemin d'eux-mêmes malgré l'hostilité du monde qui les entoure. Trois voix qui se relaient et tentent de résister aux forces qui pèsent et entravent leur liberté. L'écriture de Marie Redonnet, tranchante, efficace, porte ce triple récit avec une force qui emporte le lecteur.
Laurence Houot - CULTUREBOX

Avec La Femme au colt 45 (2016), Marie Redonnet confrontait le personnage de Lora Sander, en lutte pour gagner sa liberté, aux désordres de notre monde contemporain. Trio pour un monde égaré s’inscrit dans la même ligne, entrelaçant les voix de trois protagonistes à l’identité menacée par une modernité incertaine. L’émotion naît à suivre ces individus se battant pour imposer leur humanité à un monde qui tente sournoisement de l’écraser.
Sébastien Omont - En attendant Nadeau

"Le retour gagnant de Marie Redonnet"
Arnaud Laporte - réécouter La Dispute (France culture)

La romancière donne la parole à ces trois figures solitaires qui tentent de résister à l'anéantissement dans un monde en furie. Elle le fait sous une forme concrète et sensible, sciemment enigmatique, qui confine assez étroitement au sein d'une construction qui tient légèrement du zapping audiovisuel à
un imaginaire connecté sur le réel au fil d'une prose réduite à l'essentiel.
Muriel Steinmetz - l'Humanité

Trois personnages, trois lieux, trois récits qui, à travers leurs différences mêmes, diffractent et modulent des motifs qui ne cessent de se faire écho : les guerres et le terrorisme, les conflits larvés qui soudain se réveillent, les exactions commises par les pouvoirs politiques et/ou militaires, leur volonté de contrôle physique et psychique sur les individus, la présence permanente de la mort subie ou donnée, la perte d’identité qui menace, d’une manière ou d’une autre, chacun des protagonistes.
Marie-Odile André - Diacritik

Malgré une triple intrigue déroutante, l'alchimie agit dès les premières pages. Depuis plus de trente ans, Marie Redonnet signe des romans singuliers, à l'étrange balistique. Entrée en littérature sur la pointe des plumes, elle tisse son œuvre loin des projecteurs, partisane d'une littérature limpide et résistante, à l'image de ses personnages.
Emilien Bernard - Le Canard Enchaîné

Énigmatiques, comme tous les personnages forgés par Marie Redonnet, ces hommes et cette femme font partie d'un monde définitivement égaré dans lequel chacun des protagonistes tente de se réinventer, de préserver ses valeurs, une intégrité psychique et physique tout en ouvrant un nouveau chemin de vie. (...) Poétique et politique, l'oeuvre de Marie Rédonnet sauve du chaos l'amour et arme la quête d'une utopie à l'échelle humaine.
Veneranda Paladino – Dernières Nouvelles d’Alsace

Ces trois personnages aux identités troubles ou remises en question dans un contexte inquiétant et instable cherchent leur voie. A la fin, comme en écho souterrain à ce triptyque, Marie Redonnet livre un émouvant texte autobiographique sur son parcours d’écrivain, ses succès, ses échecs, son sentiment d’«invisibilité», mais avec la certitude d’avoir sa propre voix.
Frédérique Roussel - Libération

Les thèmes abordés sont bien ancrés dans notre présent : les migrations, les conflits de territoire, l’espionnage scientifique, les attentats… Les nouvelles donnes et l’instabilité du monde dépassent nos héros qui en fuient les éclats et font des choix radicaux pour sauver leur intégrité. Dans sa postface, Marie Redonnet revient sur son parcours d’écrivain engagé, à l’instar de ces voix multiples à la recherche d’un équilibre au milieu du chaos, et parle d’une « littérature qui réveillerait les désirs perdus d’émancipation ». Avec une écriture minimaliste, à la frontière du conte, le lecteur est entraîné dans un imaginaire singulier et poétique d’où il perçoit la rumeur du monde familier et transformé, en prise avec des enjeux contemporains passionnants.
Aline Sirba - Onlalu

Trois histoires se croisent, comme autant de variations sur le thème de la lutte pour la reconstruction de soi (...) Un roman troublant, percutant et engagé.
Marie M. - L'Avis textuel

Trio pour un monde égaré est un roman où se diffracte l’avenir du Leviathan – l’homme redevient un loup pour l’homme. Et là est sans doute la réussite de cette écriture psychologique enlevée et scandée : faire affleurer partout et tout le temps un ennemi invisible car protéiforme.
Nicolas Roberti - UNIDIVERS

Un décor flou pour aller mieux au coeur de la matrice et des personnages. Et la guerre. Toujours. La violence aussi. Et cette quête des personnages, trois rescapés, à sauver leur liberté. De penser et d’agir. Coûte que coûte.
Vanina Le Gall - Quatrième de couv'