LE TRIPODE

Attaquer la terre et le soleil

Mathieu Belezi


Attaquer la terre et le soleil narre le destin d’une poignée de colons et de soldats pris dans l’enfer oublié de la colonisation algérienne, au dix-neuvième siècle. Et en un bref roman, c’est toute l’expérience d’un écrivain qui subitement se cristallise et bouleverse, une voix hantée par Faulkner qui se donne.
 
Depuis plus de vingt ans, Mathieu Belezi construit une œuvre romanesque d’une cohérence étonnante, à la phrase ciselée. La musicalité qui frappe dès les premières lignes d’Attaquer la terre et le soleil fait écho à Le Petit Roi, son premier roman publié en 1998 aux éditions Phébus. Quant à son thème, il renvoie évidemment à sa grande trilogie algérienne, publiée successivement aux éditions Albin Michel (C’était notre terre, 2008) et Flammarion (Les vieux Fous, 2011 ; Un faux pas dans la vie d’Emma Picard, 2015). Est-ce la constance de ce parcours qui explique la fulgurance de ce nouveau roman ? Écrit en quelques mois, Attaquer la terre et le soleil dit en tout cas avec une beauté tragique, à travers les voix d’une femme et d’un soldat, la folie, l’enfer, que fut cette colonisation.


Illustration de couverture : Pasaje (2022), Martin Zanollo

 

LAURÉAT DU PRIX DU MONDE 2022

Sélection prix Jean Giono 2022

Sélection prix du roman Fnac 2022

Sélection prix Patrimoines 2022

Sélection L'Obs / France Culture 

Lauréat du prix de la libriarie L'Ordre du jour 2022

Sélection prix Librairie Privat 2022

 

 

L’Auteur

« Auteur révélation FNAC septembre 2022 »

Mathieu Belezi a enseigné en Louisiane (États-Unis), et beaucoup voyagé. Il a vécu au Mexique, au Népal, en Inde, et dans les îles grecques et italiennes. Il vit désormais à Rome et se consacre à l’écriture depuis plus de vingt ans.

Presse

Il n’y a pas d’autre issue, il n’y a jamais eu d’autre ­issue, semble dire Mathieu Belezi en arrivant au bout de sa longue traversée ­algérienne, que récapitule avec une puissance bouleversante ce grand roman de l’illusion coloniale.

Florent Georgesco – Le Monde des Livres

 

On est envoutés par l'écriture sèche et poétique de Mathieu Belezi.
Alexandra Schwartzbrod – Libération

 

Une très belle et très puissante mélopée. (…) une épopée de la folie humaine portée par un lyrisme d’un autre temps.
Jérôme Garcin – L’Obs

 

Mais si Belezi l’emporte, c’est avant tout par la beauté tragique d’une écriture minérale. Sa musicalité est vraiment envoûtante, rythmée par la litanie d’une imploration de Séraphine : sainte et sainte mère de Dieu… 
Pierre Assouline – La République des livres

 

Ce roman parvient, en peu de pages, à cristalliser de manière irréfutable l’insupportable vérité du fait colonial dès son origine, avec des accents qui ne sont pas sans rappeler la prose de Faulkner.
Muriel Steinmetz – L’Humanité

Un livre magnifique, écrit dans une langue superbe.
Tahar Ben Jelloun – Le 360

De cette aventure aux buts douteux ne demeure qu'une tragique hécatombe et ce roman fabuleux, d'une énergie viscérale, écrit au chalumeau de la rage et de l'âpreté, où se déversent en phrases de feu, sèches, tranchantes, la colère de l'auteur, torrent de larmes et de sang, pour exhumer un passé refoulé.
Jean-Claude Raspiengeas – La Croix

C’est d’ailleurs dans cette impuissance à arrêter la narration qu’est placé le lecteur. Emporté dans le texte par une phrase magnifique et bouleversante, il n’en demeure pas moins figé glacé par tant d’absurdité et de malheurs.(…) Le propre de l’Histoire n’est pas d’ouvrir des possibles, mais de nous dire et de surtout comprendre la portée et le sens de ce qui a été. La littérature, elle, le peut et Mathieu Belezi le fait ici de façon particulièrement saisissante et réussie.
Addict Culture – lire l’article entier ici 


Une sidérante puissance littéraire.
Baptiste Liger - Lire


Un moment de poésie et de tragédie. Jamais Mathieu Belezi n'a été si radical, si lyrique, si incandescent que dans Attaquer la terre et le soleil, charge sans appel contre la colonisation et chronique hurlantede l'inhumanité.

Jérôme Garcin – La Provence

 

Mathieu Belezi poursuit son exploration de l’Algérie à travers le destin de colons et d’un régiment désillusionné. Un moment de poésie et de tragédie.

Kerenn Elkaïm – Livres Hebdo


Un roman implacable mais aussi biblique par son désespoir où colons, soldats et paysans algériens sont tous entraînés vers leur perte par la colonisation.
Guy Duplat – Arts libres

 

Sans aucun doute le plus beau titre de cette rentrée littéraire. 
Zap

Un double regard très original, qui permet de mieux comprendre cette période peu évoquée, et pourtant essentielle, de l'historie de la colonisation.
Les Notes

Ce que le romancier dépeint admirablement, c’est l’enclenchement du cycle de la vengeance et le point de non-retour. Dans une langue travaillée à la manière du grand Faulkner, tout à la fois lyrique et âpre, ordurière et châtiée, Belezi offre la plus saisissante des mélopées, celle de l'enfer.
Marie Chaudey – La Vie

Il est des romans dont l’évidence coule de source, Attaquer la terre et le soleil arrache la sienne des tréfonds de l’âme humaine mais n’en demeure pas moins nécessaire. L’urgence qu’il faut mettre à le lire n’a d’égale, sans doute, que celle qu’aura eue Mathieu Belezi à l’écrire.
Guillaume Augias – Diacritik
(la chronique dans son intégralité ici)

 

Mathieu Belezi donne la parole aux sans-grades de la conquête, une femme colon et un soldat. Pour déconstruire les mensonges originels de la colonisation, Attaquer la terre et le soleil prend les accents successifs d’une épopée mort-née, d’un conte cruel, d’une tragédie sans grandeur. La langue, littéraire, scandée, rythmée, vise à mettre en lumière les mécanismes d’instrumentalisation des anonymes, leur assujettissement à une idéologie. Le pari romanesque est réussi.
Sébatien Omont – En attendant Nadeau
(la chronique dans son intégralité ici)


Attaquer la terre et le soleil est un vrai choc littéraire, un récit époustouflant sur une période sombre de l'histoire coloniale entre la France et l'Algérie.
Dominique Lorraine – Reporters

L’incandescent roman de Mathieu Belezi se présente comme un texte majeur pour la compréhension des ravages de la colonisation dans les cœurs et les esprits.
Jean-Claude Lebrun – Territoires romanesques
(la chronique dans son intégralité ici)

 

C’est un très grand roman. Je suis certaine qu’il fera partie de ceux « qui resteront ».
Stéphanie – Furet du Nord – Lille

Ce chant de mort est très réussi, c'est le purgatoire, ou l'Armageddon, ou les malheurs de Job, ou Exterminate all the brutes de Raoul Peck, et comme attendu, tout est très reluisant du côté des fondements de notre identité nationale. Ce qui est particulièrement intéressant et inattendu, c'est de mobiliser tout spontanément le background des lectures de l'histoire américaine à notre propre histoire au Maghreb. Quand j'ai vu le parcours de Mathieu Belezi à l'international, je me suis dit qu'il n'y avait que ce type de profil qui pouvait le faire. Un auteur monde quoi. L'expression de la violence, et de ses racines, mystico-religio-sociologico-contextuelo-racistes, de l'œil pour l'œil, est savamment réussie. On pense à Méridien de sang de Cormac McCarthy, encore l'Amérique. Ici Mathieu Belezi à le bagou qui va avec l'âge, et sait très exactement où il va, et il y va, Sainte Mère de Dieu. 
Lucie Eple – Le Pied à terre – Paris 18e.

Je l’ai trouvé formidable. J’ai adoré la construction de son récit et son écriture. C’est un très grand roman sur la violence liée à la colonisation, sur la perte, la folie, la résilience aussi et plein d’autres choses encore. Le format court n’empêche en rien de faire passer les émotions, c’est bouleversant.
Thomas – Librairie du Pincerais – Poissy

Ce roman est court, nul besoin d'artifices pour rendre la cruauté de cet épisode de l'Histoire. La plume de Mathieu Belezi efface le voile de l'oubli et donne à voir comme nulle autre la rage et le désespoir nés d'une volonté d'asservissement démesurée. Notez bien ce titre qui arrivera en librairie le 1er septembre et en attendant, rendez-vous chez votre libraire pour commander Un faux pas dans la vie d'Emma Picard, premier pas à franchir avant d'explorer la force incroyable de ce nouveau texte.
Aurélie Barlet – Librairie La Pléiade – Cagnes-sur-mer

Attaquer la terre et le soleil est encore plus fort que C’était notre terre, roman de Mathieu Belezi que j’avais adoré.
Hélène Perenditis – Fnac Saint-Lazare – Paris

Je viens de terminer le livre et je comprends votre enthousiasme à l’éditer dès le mois de septembre. C’est effectivement un grand livre, un regard inédit sur l’Algérie et la France. Et un angle d’attaque que j’ai trouvé très intelligent et très osé, celui de donner la parole aux colons, aux bourreaux naïvement bienfaiteurs d’une élévation pour le peuple d’Algérie. C’est glaçant même comme position. (…) C’est un très bon roman, et une très belle réflexion sur la colonisation.
Guillaume – Librairie Charlemagne – Toulon

Quel texte... court, mais tellement gorgé de toute la tristesse, du désespoir et de la haine qui a été engendrée par cette colonisation en terre d'Algérie... de part et d'autre, pour les colons comme pour les soldats et bien évidemment encore plus pour les peuples autochtones, quel carnage et quelle absurdité ont été engendrés suite aux volontés expansionnistes et colonisatrices de cette France du XIXe siècle, suffisante et peut-être même déjà moribonde... Et ces deux voix qui s'entrelacent... celle des colons misérables et harcelés par le sort et celle des soldats français, barbares et sanguinaires... non vraiment, ils n'étaient pas des anges... Quelle tristesse et quelle nécessité de lire un texte aussi juste et profond que celui de Mathieu Belezi... Je suis convaincue que ce texte fera parler de lui et pour longtemps...
Laura – Librairie Arthaud – Grenoble

Gros coup de cœur pour Attaquer la terre et le soleil ! J’ai beaucoup aimé.
Véronique – Librairie Le Failler – Rennes

J’ai beaucoup aimé l’écriture de Mathieu Belezi.
Marine – Espace culturel Leclerc – Saint-Étienne-du-Rouvray               

Belezi fait sa langue hostile et belle , comme le pays d'Algérie, pour dire l'ensorcellement des soldats en conquête, affolés par leurs outrages, et pour dire le rêve affamé des premiers colons, l'éreintement par les fièvres, par la peine et par l'autre redouté. L'autre redouté…
Fred – Librairie L’Éternel Retour – Paris 18e

Coup de cœur de Mehdi !
Librairie Masséna – Nice

Bravo !
Librairie Folies d’encre – Saint-Ouen

On est plusieurs à avoir aimé (voir beaucoup aimé) Attaquer la terre et le soleil de Mathieu Belezi
Librairie La Friche – Paris 11e.

Coup de cœur de Sébastien !
Gibert Joseph – Paris 6e.

Merci, merci, merci de m'avoir fait découvrir Mathieu Belezi, merci pour la lecture de ce texte. Je ne suis pas une grande rêveuse, j'aime la littérature qui explore l'âme, qui noue et fait parler les silences avec tant de vérité et d'incarnation. L'humanité est pour moi le plus grand sujet de la littérature et ce texte en est l'incarnation lumineuse et cruelle. J'ai adoré.
Élodie – Librairie ICI – Paris 2e.

Le roman de Mathieu Belezi m'a réellement marqué. J'ai mis quelques jours avant de pouvoir lire autre chose !
Florence – Librairie Plume et Fabulettes – Ancenis Saint-Géréon

Une beauté fulgurante !
Murielle Gobert – Librairie Passerelles – Vienne

Lu d'une traite hier. Chapeau ! Un rythme et une écriture féroce, brillante et nécessaire dénonciation des horreurs de la colonisation. Fulgurant !
Brice – Librairie L’Angle rouge – Douarnenez

Je connaissais le grand Belezi de C'était notre terre et d’Un faux pas dans la vie d'Emma Picard... Mais Attaquer la terre et le soleil est incroyable dans sa puissance lyrique, sa poésie pour dire l'indicible et les horreurs perpétrées lors de la colonisation de l'Algérie... Un immense livre dont on ne sort pas indemne et qui marquera le lecteur très longtemps !
Blandine – Librairie des Canuts – Lyon

XIXe siècle, une poignée de colons français encouragés par l'État s'installent sur les terres arides et infertiles de l'Algérie, promesse d'un avenir meilleur. Dans le même temps, les soldats de la République envoyés pour « pacifier » le pays se livrent aux pires outrages sur les populations locales. Plusieurs mondes se frottent et se heurtent dans l'incompréhension et l'ignorance la plus totale les uns des autres. Attaquer la terre et le soleil évoque la genèse de la colonisation en Algérie, un récit âpre, percutant, véritable uppercut !
Virginie – Librairie Forum du livre – Rennes

Attaquer la terre et le soleil est un de mes coups de coeur de cette rentrée ! Je ne l'ai pas lâché, malgré la violence de certaines scènes parfois... J'avoue que c'est une partie de la colonisation algérienne que j'ignorais totalement. Le récit est poignant, les deux personnages principaux ont chacun une personnalité bien marquée et un avenir à inventer. Lorsque j'ai refermé le roman, ils me sont restés en tête encore un moment.
Virginie B. – Fnac Lille

Quel roman ! La voix de cette femme qui perd tant dans cette quête prend aux tripes. La construction en miroir de son histoire et de celle des soldats donne un rythme incroyable au livre. Cette colère qu'on sent monter en elle et qui se matérialise par la violence de ces soldats eux aussi en colère… Quitte à me répéter, je trouve la construction de ce roman absolument parfaite. Par certaines scènes, il y a du Platoon d’Oliver Stone dans le roman de Mathieu Belezi. Mille mercis d'avoir mis ce livre entre mes mains. J'ai découvert un auteur. 
Thomas P. – Cultura Plan de campagne

Ce roman est vraiment très beau ! Le sujet, les personnages, l'écriture, tout est magnifique. Je suis ravie de cette petite «lumière» de la rentrée littéraire, enfin un livre qui sert à quelque chose !

Pauline – Librairie La Mandragore – Chalon-sur-Saône 

 

Bravo pour Attaquer la terre et le soleil de Belezi ! Je l'ai lu le week-end dernier, un livre suffocant.

Jacques – Librairie Quilombo – Paris 11e. 

J'ai lu Attaquer la terre et le soleil et wow, c'est un énorme coup de cœur !
Une phrase, qui revient à plusieurs reprises dans le roman, peut résumer le tout : «  Non, nous ne sommes pas des anges ». Attaquer la terre et le soleil donne à voir la folie, le sadisme, l'aveuglement des hommes mais aussi la descente aux enfers de ces hommes et de ces femmes à qui l'on a fait miroiter le rêve de «  colonie agricole ». C'est une lecture qui retourne et qui secoue, avec des scènes qui bouleversent jusqu'à la nausée. Un pan de l'Histoire méconnu traité avec force et intensité. Assurément un livre qui vous marque pour longtemps.
Célia – Librairie La Procure – Lille 

Une écriture brute qui sert un texte puissant sur la colonisation de l’Algérie. Les textes sur la décolonisation sont légions mais sur la colonisation plus rare. Ce roman est dur, violent et magnifique.
Lesia – Librairie Vauban – Marseille 

Mathieu Belezi nous offre un très grand roman et aucun mot ne semble être à sa hauteur. (…) On ressort de ce livre bouleversé, on peine à rassembler ses émotions et on ne souhaite qu’une chose ensuite : en parler au plus grand nombre possible.
Pauline – Librairie Le Failler – Rennes

Impressionnant. Comment dire qu’on adore un livre aussi troublant, déchirant, doté d’une écriture poétique malgré tout ? Comment adorer un roman qui nous dépeint la colonisation à la Guernica ? Et pourtant, oui, on peut adorer ce tableau. Et combien je ressens, car il s'agit bien de sentiment, un immense coup de cœur pour ce livre.
Virginia Lo Verde – Furet du Nord – Coquelles

Une sacré claque, une écriture incisive pour représenter toute l’horreur qu’a été la colonisation que ce soit du côté des natifs et du côté des colons qui ont été tout autant abusés par les promesses d’un Eden. Ça remet les choses en place si on peut le dire. La folie des hommes incarnée par ce Capitaine sanguinaire en parallèle de la souffrance et du regret de Séraphine. Un beau livre de rentrée littéraire.
Émilie – Librairie Millepages – Vincennes 

Quel texte ! La synthèse en une centaine de pages de la violence et de la folie de l'entreprise coloniale en Algérie (et ailleurs).
Marie – Gibert Joseph – Poitiers

Quelle claque ! Cette dureté, cette cruauté, servies par une écriture qui nous emporte… À coup sûr un grand coup de coeur de la rentrée.
Claire – Librairie Entre les lignes – Chantilly

J'ai beaucoup aimé ce roman, il m'a vraiment hanté plusieurs jours. Vraiment c'est un texte important.
Géraldine – Librairie Nouvelle – Voiron 

C’est une expérience de lecture troublante et violente, l’écriture de Mathieu Belezi me paraît extrêmement précise et concise, son phrasé et sa ponctuation laissent assez peu de répit. C’est un livre qu'on lit d’une traite, et qui reste en tête par les questions qu’il pose.
Anne – Les mangeurs d'étoiles – Lyon

Une écriture brute qui sert un texte puissant sur la colonisation de l’Algérie. J’ai particulièrement aimé l’alternance de point du vue de la femme et du soldat, qui montre la folie des hommes à travers deux prismes. Les textes sur la décolonisation sont légions mais sur la colonisation plus rare. Ce roman est dur, violent et magnifique. 
Lesia – Librairie Vauban – Marseille

Un gros coup de cœur, quelle claque !
Dominique – Fnac Montpellier

Quelle plume ! J’ai également beaucoup apprécié cette forme narration originale.
Océane – Librairie Filigranes – Bruxelle

C'est dur mais tellement beau, bien écrit. C'est un texte vraiment magnifique, qui m'a beaucoup appris et qui fait réfléchir.
Émilie – Librairie Le Jardin des lettres – Craponne

Une écriture incandescente, un texte d'une rare puissance, un grand écrivain à (re)découvrir.
Catherine – Librairie Lajarrige – Le Pouliguen

Je me suis plongée dans ce roman et j'ai été emportée, submergée... par l'émotion, la beauté des sentiments, la poésie du texte. C'est une pépite comme il y en a peu et qui sera, à n'en pas douter, l'un de mes gros coups de cœur de cette rentrée littéraire. Merci pour ce si joli texte.
Audrey – Librairie Ellipses – Toulouse

Un livre remarquable !
Anne – Fnac Lyon Presqu'île

À L'Usage du monde, nous sommes très enthousiastes après avoir lu le roman de Mathieu Belezi. Pour ma part, j'ai pris quelques jours à me remettre de cette lecture profondément marquante... Il a déjà beaucoup plu à une partie de l'équipe. C'est un texte âpre et violent qui éblouit autant qu'il nous repousse dans nos retranchements.
Mickaël – L’Usage du monde – Paris 17e

Un devoir de mémoire important. La guerre d’Algérie n’est pas partie de rien, ne l’oublions pas.
Fanny – Librairie Rive Gauche – Lyon 7e

J’ai beaucoup aimé aussi Attaquer la terre et le soleil, l’écriture nous fait réellement entrer dans le ressenti des personnages, un texte dur dont on se souvient.
Fabienne – L’Oiseau-vigie – Saint-Pierre-des-Corps

Magnifique expérience. La minéralité de l'écriture, la sensibilité de la thématique, l'adéquation fond/forme : formidable. 
Mon coup de cœur de la rentrée à n'en point douter.
Philippe – Decitre Crêches-sur-Saône 

Le roman de Mathieu Belezi m'a beaucoup plu, ainsi qu'à Constantin. On lui réserve une place de choix sur nos tables à la rentrée !
Christophe – L’Atelier – Paris 20e

Énorme coup de cœur : c’est un livre que tout le monde devrait avoir lu avant de commenter « les évènements d’Algérie ». C’est terrible mais tellement instructif.
Nathalie P – Librairie Doucet – Le Mans

Magnifique !
Valérie Caffier – Librairie Le Divan – Paris 15e

L’écriture de Mathieu Belezi est âpre et brutale, à l’image de ces personnages pris dans l’engrenage terrible de la colonisation algérienne au XIXe siècle. Mathieu Belezi tranche par son style incisif, un langage parfois trivial, un rythme oscillant entre langueur et célérité pour dénoncer la folie et la barbarie de ces hommes. Terriblement percutant…
Florence – Librairie Port Maria – Quiberon

Attaquer la terre et le soleil est si fort. Un livre d'une âpreté, d'une noirceur et en même temps quel souffle. Extraordinaire !
Bertrand – Librairie des marais – Villefranche-sur-Saône

Une merveille !
Lucile Frassy – Librairie La Suite – Versailles

J’ai été sidérée par le roman de Mathieu Belezi.
Marie – Librairie Privat – Toulouse

J’ai adoré !
Sana – Librairie Folies d’encre – Le Raincy

Une polyphonie incandescente et furieuse à l'issue inéluctable, qui pénètre les affres, la violence et le cynisme de la colonisation algérienne début 19e, sous l'angle singulier des premiers colons, comme des premiers soldats. Un chœur de voix retentissant des reliefs exhumés de l’oubli.  Une langue découpée à l'os, sans fioritures, comme une lame sans repères jetée dans les limbes de l'histoire et d'un magma ténébreux, d'une terre exsangue de folie, de rage et de tristesses. Un texte sec, intense qui a l'audace de sa nécessité, une lecture qui vous empoigne, qui dévoile tous les échos de sa puissance dans les éclats vertigineux de sa noirceur, ses désillusions brûlantes, impénétrables.
Mathieu Lartaud – Decitre Grenoble

Attaquer la terre et le soleil m'a, bien évidemment, bouleversée ! Très très beau roman malgré la dureté de certaines scènes et la mort omniprésente. Roman court et coup de poing comme j'aime !
Béatrice – Librairie Les Traversées – Paris

Ça parle d’épopée, de terre, de folie humaine, de travail, d’un lyrisme d’un autre temps, de mensonges, d’espoirs, de petits bonheurs partagés, de lumière, de bleu, de rouge, de soleil, de la vie, de la mort, de promesses qui n’engagent que ceux qui y croient, de retour. Mon avis de lectrice : un des plus beaux romans de cette rentrée littéraire 2022.
Fabienne – Librairie Place ronde – Lille

Mathieu Belezi signe un texte âpre et violent, qui éblouit autant qu'il bouleverse. Une grande découverte.
Mickaël – Librairie L'Usage du monde – Paris 17e

Avec une immense puissance littéraire, ce roman évoque la violence de la colonisation de l’Algérie au XIXe siècle. Brûlant ! Incandescent !
Librairie La Flibuste – Fontenay-sous-Bois

J'ai adoré Attaquer la terre et le soleil. Un grand bravo à Mathieu Belezi pour le prix littéraire du Monde, qui est amplement mérité.
Alice – Librairie Delamain – Paris

Si beau, tellement dur, mais indispensable.
Librairie Mouche – Saint-Grégoire

Je viens de finir ce roman et c'est une grosse claque ! La violence et l'injustice qui frappent la narratrice, l'horreur des soldats avec ce chef si gargantuesque (Non, on n'est pas des anges...) La transition entre les deux groupes qui nous met dans un ambiance chaud-froid… Incroyable...
Mathieu – Librairie Le Merle moqueur – Paris 20e.

Rarement écriture n'a été aussi en phase avec son sujet : la folie meurtrière et l’enfer de la colonisation algérienne au XIXème siècle. Pionniers abandonnés à eux-mêmes dans des conditions dantesques ou soldats conquérants et déshumanisés, Mathieu Belezi sublime la misère en une cruelle épopée, prélude d’une tragédie à venir. Le style incandescent, la narration d’une rare puissance apportent un souffle épique à ce court récit qui se lit quasiment sans reprendre sans souffle et laisse sans voix. Un grand écrivain à (re)découvrir.
Catherine – Librairie Lajarrige – Le Pouliguen

Mathieu Belezi emporte et bouleverse une nouvelle fois avec ce roman « algérien » écrit dans une langue poétique, tour à tour incandescente et incantatoire.
Sébastien – Librairie des Halles – Niort

C'est notre Goncourt à nous.
Chloé et Laurent – Librairie Rendez-vous n'importe où – Pontivy

Une écriture travaillée qui contraste avec la rudesse du propos.
Samuel – Librairie L'Amandier – Puteaux