logo_tripode LE TRIPODE
 
Facebook Twitter issuu

Au cirque

Patrick Da Silva


Écrit comme une enquête policière, Au Cirque met en scène six personnages pris dans le tourbillon d’une tragédie familiale. Une langue crue, tout à la fois burlesque et terrifiante, nous plonge dans un monde où pèsent le passé et les secrets. En quatorze chapitres, quatorze stations, le roman s’achemine vers l’élucidation du drame, et son effroyable banalité.

Lire le début du roman en cliquant ici

L’Auteur

« Si je lis c’est d’abord que j’ai entendu lire ; et ce n’était pas le soir dans mon lit, ni à l’école, des histoires pour enfants – certes on m’a bien offert quelques albums ; je me souviens de Frou le lièvre et de Bourru l’ours brun, des images surtout – non, c’était le dimanche et c’était à la messe. »
Patrick Da Silva, in du dimanche

"Ses mains sont larges, son regard attentif. Ses silences sont de ceux qui éprouvent et rendent difficile les simagrées. Ses paroles peuvent d’un même élan questionner les
fondements de la chrétienté, les tragédies grecques ou la vie d’une proche voisine. Le vin, dans la cabane qu’il s’est construite au bord d’une rivière, se boit dans des coupelles
et succède généralement à une balade dans les champs où il s’occupe de ses bêtes. Et pourtant, aussi inhabituelle que sa vie sylvestre se présente, Patrick Da Silva reste un homme du commun. Ceux qui le rencontrent devinent qu’il s’est donné pour seules règles l’attention aux autres et l’existence la plus simple. Lui, qui habite depuis soixante ans sur des terres qui l’ont vu naître et qu’il quitte rarement, façonne depuis son territoire une langue singulière avec laquelle il fouille le monde. Ainsi poursuit-il, à travers des textes qui mêlent sans façon le patois aux mots rares, mais aussi des films, un chemin qui lui est propre. À l’occasion de la parution de deux nouveaux livres – et filii et Les Pas d’Odette – nous avons préparé ce bref dossier pour envisager un peu mieux cet auteur qui attache plus d’importance à la parole partagée et à la quiétude qu’aux reconnaissances littéraires." Le Tripode

Livres de l’auteur

Presse

Lecteurs du Grand Trip 2017 (diffusion bi-annuelle de livres tamponnés et numérotés, en avant-première à 200 lecteurs)

Sur Facebook
Site internet

n° 37
Quelle style ! Inclassable, ou du moins je ne saurais le faire. La lettre le précisait "pour peu qu'on prenne la peine d'y entrer". Surpris au début par l'architecture de la narration, après quelques pages on ne regrette pas de s'y être laissé aller.
Roman inclassable également. "Comme une enquête policière". Mais ce n'en est pas une. Pas un polar. Une tragédie, non grecque. Certainement. Classable finalement. Étonnant. Prenant. Bouleversant. Dérangeant. Magnifique !

n° 1
Le rythme et la structure, quelle belle orfèvrerie ! (...) Patrick Da Silva, a un talent qui s’apparente à celui d’un grand chef cuisinier, et nous propose un texte goûteux, ciselé, composé d’ingrédients du jardin, fraîchement cueillis, et poétiquement assemblés.

n° 52
Je l’ai lu sans m’arrêter avec beaucoup de plaisir, d'intérêt ; j’ai été pris, conquis par cette narration un peu faulknerienne. (...) L’écriture produit vraiment quelque chose et je devine que son souvenir va m’accompagner longtemps

n°6
Merci pour cette lecture, j'ai posé mes yeux sur la première ligne et n'ai pu les relever qu'au point final !!!!! Un rythme,une cadence, des chiffres... rien n'est dit, laissé au hasard. Et tellement de références subtiles.

n°133
La plasticité de la langue de Da Silva est un ravissement qui ne s’épuise pas.

n° 138
Construit comme une enquête policière, Au Cirque questionne justement les fondements de la recherche de la vérité. L'objectif ne semble pas tant de comprendre sur quoi se fonde le vrai, au sens juridique du terme (preuve, témoignage, première personne avisée, loi, jurisprudence...), même s'il le fait au passage, que ce sur quoi se fonde la relation, ici familiale. Structuré autour de témoignages tous plus faux les uns que les autres, Au Cirque détourne chaque parole pour en faire le véhicule du mensonge et du secret et là où il devient brillant, c'est qu'il parvient pourtant via ces mensonges, via ce jeu des apparences, via ce cirque funeste, à déceler le réel de chaque chose : du crime, des émotions, des conflits, des relations, de la narration en somme et plus généralement, de l'objet du langage, du non-dit de toute relation, de la vérité du mensonge universel.

n° 29
With bravura and braggadocio, Au cirque ushers us into a world far wilder and darker than any circus - goer might ever expect. Nature may be red in tooth and claw, but Patrick Da Silva shows us with utter vividness how we ourselves are no less violent and ruthless than any three-ring-circus animal.

LIRE PLUS DE RETOURS EN CLIQUANT ICI

 

 

Ce mélange de contemporain et d'immémorial, de ruralité fruste et de culture, de violence et d'amour 7 Un cocktail explosif signé Patrick Da Silva. (...) Jamais on a lu ça.
Anne Kiesel - Ouest France

"Allez ! Voyons ! Quel cirque….
La piste : une bibliothèque, le lieu des « mystères ».
Voyez ! Une mère pendue, un père mutilé.
Voyez ! L’enquête « cluédantesque ». Les enfants, deux frères, deux sœurs depuis l’enfance jouent le « mystère » ou chacun joue le rôle de l’autre et de la mère. Dans un style et une mise en scène théâtrale qui n’est pas sans rappeler l’univers mystérieux du Club Silencio de David Lynch.
Dans ce huis clos chabrolien, l’auteur en Monsieur Loyal choisi et pèse chaque mot et y met de la poésie. Un passé aristocratique lourd, une ambiance froide dans ce domaine ou seule la dernière fille « l’idiote » est restée s’occuper des bêtes.  Rythmé, ciselé, ce texte explore l’origine d’un mal sans fioriture et de façon implacable nous transporte du fait divers vers la tragédie.  Encore un texte inclassable et un nouveau coup de cœur pour la nouvelle année littéraire"
Librairie Le Marque Page à Quintin

Au cirque est un livre inclassable, de ceux qui vous trottent dans la tête longtemps. Le sujet: une enquête policière, sorte de cluedo familial qui fait suite à un fait divers sordide. Mais qu’importe , ici tout est dans la langue, la forme, la construction et là c'est du grand art. L’auteur nous capte immédiatement par ses mots précis, répétés, ressassés, sa langue rythmée, chaloupée. Il nous tient en haleine par ses mises en scènes déroutantes où les perspectives changent, les personnages endossant d’autres rôles que le leur afin  de comprendre le drame qui s’est joué. Fable grotesque, rhapsode rurale, théâtre burlesque, Au cirque est tout cela à la fois. Patrick Da Silva
Nous tient serrés entre ses mots et nous laisse étourdis au sortir de ce tourbillon.
Virginie - Librairie Forum du Livre à Rennes

Au cirque, un texte incroyable, fulgurant, unique !
Brigitte De Meus – Librairie Tropismes - Bruxelles

J'ai lu "Au Cirque", et franchement j'ai du mal à en ressortir... Récit magnifique de brutalité et d'élégance mêlées. Ça tourne en rond, ça se répète en cercles concentriques, ça creuse puissamment. La langue est belle, maîtrisée, tendue, la forme ne l'est pas moins. C'est très beau ce théâtre qui s'invite sans prévenir pour rejouer une comédie humaine grotesque et pernicieuse.
Andreas - Librairie Myriagone - Angers

L'écriture est saisissante, on se fait complètement kidnapper par l'histoire et ses rebondissements, et c'est farouchement inclassable. Tout ce qu'on aime.
Jean- La Soupe de l'espace - Hyères

Je me sens comme dans un tourbillon qui a duré le temps de la lecture et dure encore !
Anna Tiedje - Librairie Delamain

Ce drame familial qui ne demande qu'à être mis en scène, servi par une écriture directe, sans fioriture et une  construction qui fixe la concentration du lecteur sur chaque protagoniste livrant son témoignage.
Elodie - Librairie La Baignoire d'Archimède - Brive

Un tour de piste dans le grand cirque de la vie, avec une écriture singulière, entêtante, un de ces romans qui nous accompagnent encore longtemps après leur lecture car c'est avec les dernières lignes que le roman révèle toute sa puissance, comme au cirque, le grand final époustouflant...
Anthony Bourel - Librairie Gibert Jeune - Paris

On avance à tâtons dans ce clair-obscur, en revenant toujours à la formule rituelle, comme une ritournelle « Allons ! Les termes, l'histoire, l'arithmétique : ce que nous posons, ce que nous déduisons, ce que nous résolvons ». Sa scansion est entrecoupée de dialogues étranges, où ceux qui restent s'éloignent peu à peu les uns des autres, où tout ce qui semblait établi est mis en doute, où toute construction humaine se lézarde. « On sait qu'à la fin, l'énigme se résout, le secret s'élucide. Rien pour autant ne s'épuise, et l'effroi reste entier. » Le cirque est tragique. Celui peut-être de l'âme humaine.
François Annycke - Let's Motiv