LE TRIPODE

De pierre et d'os

Bérengère Cournut


 « Les Inuit sont un peuple de chasseurs nomades se déployant dans l’Arctique depuis un millier d’années. Jusqu’à très récemment, ils n’avaient d’autres ressources à leur survie que les animaux qu’ils chassaient, les pierres laissées libres par la terre gelée, les plantes et les baies poussant au soleil de minuit. Ils partagent leur territoire immense avec nombre d’animaux plus ou moins migrateurs, mais aussi avec les esprits et les éléments. L’eau sous toutes ses formes est leur univers constant, le vent entre dans leurs oreilles et ressort de leurs gorges en souffles rauques. Pour toutes les occasions, ils ont des chants, qu’accompagne parfois le battement des tambours chamaniques. » (note liminaire du roman)

Dans ce monde des confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Elle n’a d’autre solution pour survivre que d’avancer, trouver un refuge. Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d’une quête qui, au-delà des vastitudes de l’espace arctique, va lui révéler son monde intérieur.

Deux ans après son roman Née contente à Oraibi, qui nous faisait découvrir la culture des indiens hopis, Bérengère Cournut poursuit sa recherche d’une vision alternative du monde avec un roman qui nous amène cette fois-ci dans le monde inuit. Empreint à la fois de douceur, d’écologie et de spiritualité, De pierre et d’os nous plonge dans le destin solaire d’une jeune femme eskimo. 

Édition augmentée d'un cahier de photographies. 

 

De pierre et d'os est sélectionné pour le prix du roman Fnac.

L’Auteur

Bérengère Cournut est née en 1979. Ses premiers livres exploraient essentiellement des territoires oniriques, où l'eau se mêle à la terre (L'Écorcobaliseur, Attila, 2008), où la plaine fabrique des otaries et des renards (Nanoushkaïa, L'Oie de Cravan, 2009), où la glace se pique à la chaleur du désert (Wendy Ratherfight, L'Oie de Cravan, 2013). En 2017, elle a publié Née contente à Oraibi (Le Tripode), roman d'immersion sur les plateaux arides d'Arizona, au sein du peuple hopi. Dans la même veine, paraîtra en août 2019 De pierre et d'os, un roman sur le peuple inuit, pour lequel elle a bénéficié d'une résidence d'écriture de dix mois au sein des bibliothèques du Muséum national d'histoire naturelle, financée par la région Île-de-France. Entretemps, un court roman épistolaire lui est venu, Par-delà nos corps, paru en février 2019.

Livres de l’auteur en poche

Presse

Un roman puissant et poétique : Bérengère Cournut, emmène ses lecteurs dans un autre monde, où les chants, les voix d'ailleurs, les tressaillements de la nature, façonnent l'humanité.
Christine Siméone - France Inter

Bérengère Cournut rend hommage aux femmes puissantes. Elles ne sont jamais éthérées, fantasmées, stéréotypées. Le corps féminin est décrit de manière concrète. Les premières règles, les tabousentourant la grossesse, l’accouchement, les corps vieillis. La romancière aborde des thèmes universels dans des conditions extrêmes (...) La romancière nous rappelle, à chaque page, que vivre consiste à se renouveler, s’adapter, se réinventer. Dans un désert de glace, la vie est ténue, aride, vaste. Elle n’est pas une offrande, mais une conquête. De pierre et d’os est un voyage initiatique. On pense, parfois, à un conte. La solitude humaine déploie des ailes immenses. La nuit est étoilée. La jeune fille devient une femme puis une vieillarde. Elle marche sur la banquise et rencontre le monde.
Marie-Laure Delorme - Le Journal du Dimanche

Ce livre me touche, d'autant plus qu'il défend ou décrit une vie humaine avant tout. Il n'y a rien d'autre que l'humain au cœur des textes de Bérengère. C'est un travail exceptionnel et profondément sincère. 
Fantine – Librairie La Lison – Lille

C'est une merveille.
Aurélie Barlet – Librairie La Pléiade – Cagnes-sur-mer

Une histoire qui fait palpiter au plus profond des carcasses, un roman poétique, envoûtant, grandiose. De ceux qui bouleversent un monde, qui donnent envie au petit homme de prendre la main de sa maman en lecture et de lui dire "loin homme torche bisous skimo Nils aussi". Bref, Cournut est une écrivaine chamanique qui fait palpiter nos sens avec cette odyssée Inuit magnifiquement animiste. Du grand art.
Fanny Nowak – Librairie Le Grenier – Dinan

J'ai littéralement "vécu" l'histoire d'Uqsularik. J'ai aimé découvrir les us et coutumes inuits si éloignés des nôtres mais tellement authentiques et "fondus" dans la nature. Uqsuralik est un beau personnage (parmi tant d'autres) une femme forte et courageuse qui sait s'imposer en douceur dans ce monde âpre et violent. De plus le style de Bérengère [...] sert totalement le propos : la vie en pays inuit ne s'embarrasse pas de superflu ni dans les relations humaines, ni dans le quotidien, tout a un sens. Y compris l'art.
Michèle Béal – Chapitre 8 – Strasbourg

Magnifique ! 
Nicolas Trigeassou – Librairie Le Square – Lyon

J'ai été sensible à la puissance humaine qui se dégage de l'ensemble des personnages. Bérengère, au travers de l'histoire et des personnages, fait accéder le roman à quelque chose de plus fort de plus urgent, on est dans l'incarnation d'un truc qui nous dépasse.  Malgré le dénuement extrême, la vie est partout présente entre le monde et ses habitants. Ce roman est une belle réussite.
Nicolas Vivès – Librairie Ombres blanches – Toulouse

Je suis complètement conquise par ce texte très poétique et très "prenant" d'un point de vue romanesque. 
Stéphanie – Librairie Le Fûret du Nord – Lille

Magnifique. [De pierre et d'os] est tout à la fois féministe, anthropologique et écologique. Il est avant tout terriblement littéraire. Ce portrait de femme apporte une dimension universelle à des combats actuels. 
Marie Cossart – Librairie Les Parages – Paris

Quelle merveille ! 
Sophia Garayoa – Librairie Sétoise – Sètes

Chasse, pêche, récit d'apprentissage et fantastique cosmogonie : foncez sur ce formidable ethno-roman !
Marie Morel – Librairie Le Comptoir des mots – Paris

C'est sensible et beau, pudique mais aussi incroyablement fort.
Camille Fauvel – Fnac de Dinard 

Un très beau texte, avec un vrai souffle et un univers fascinant.
Elsa – Le Bal des ardents – Lyon

J'ai été enchantée ! J'avais beaucoup aimé Née contente à Oraibi, j'ai adoré De pierre et d'os ! 
Manon Tézier – Librairie Masséna – Nice

C'est très beau et passionnant.
Annick – Librairie Gibert – Évreux 

La puissance des esprits, l’entraide, la féminité et la maternité. La vengeance par le chant, la joie d’un festin après des jours de pêche infructueuse : tout cela est sublimé par l’écriture douce, poétique et tout à la fois sèche et dure de Bérengère Cournut.
Laura Mouveaux – Librairie La Soupe de l'espace – Hyères

De pierre et d'os est plein de poésie. 
Ève Bohu – Librairie Chimère – Châtillon

Évocation magistrale et magique d'un monde inconnu. Puissamment documenté, le récit de Bérengère Cournut n'en est pas moins poétique. De pierre et d'os nous plonge dans un "paradis blanc" à l'attraction magnétique. Le livre de la rentrée au Tripode : une superbe découverte à l'atmosphère onirique envoûtante. 
Sébastien Thomas – Fnac de Cergy

C'est beau comme un conte, immense comme la banquise, ça vous suit partout comme un animal ami ou comme une légende personnelle, ça vous emporte comme un poème.
Valérie Barbe – Librairie Au brouillon de culture – Caen

Une belle surprise.
David Goulois – Cultura de Chambray-les-Tours

J'ai été prise dès les premières lignes, emportée tel un morse au bout d'un harpon, jusqu'au tout dernier chant, magnifique !
Marianne – Librairie Les Lisières – Roubaix

Magnifique.
Élodie Maurin – Librairie De fil en page – Château-Arnoux-Saint-Auban

De pierre et d'os m'a scotchée ! 
Marlène – Librairie La Ruelle – Digne-les-Bains

Une écriture très soignée et limpide, originale, belle portée politique sur la fratrie, les communs et les femmes...
Roger Coste – Librairie Torcatis – Perpignan

Un récit poignant, une magnifique aventure ! 
Librairie Le Grenier d’Abondance – Salon-de-Provence

Un beau texte qui nous fait découvrir un univers jamais abordé dans la littérature française, avec une langue fluide et poétique.
Arnaud Page – Fnac d’Angers

Je suis sous le charme.
Gaëlle – Librairie Cook & Book – Bruxelles

C’est un livre doux et puissant. Il se tient avec grâce sur un fil fragile, quelque part entre le conte, le récit ethnographique et la poésie. Avec De pierre et d’os, Bérengère Cournut confirme la singularité de son chemin d’écriture. […]  Son écriture dépouillée, les respirations poétiques qui ponctuent le récit et la sagesse dont chaque page est empreinte font de De pierre et d’os un roman envoûtant, profondément humaniste. Uqsuralik est une héroïne que vous n’oublierez pas !
Anouk – Librairie Point Virgule – Namur

Une lecture lumineuse.
Nicolas Legrand – Librairie Graffiti – Castres

L’univers est total et cohérent, l’enchainement du récit a du rythme et du souffle. J’ai été très touchée par ce personnage.
Claire – Librairie Plùm – Lautrec

 

 

 

 

 

 

 

L’écrivaine s’approche au plus près, dans une admiration respectueuse, de cet imaginaire collectif qui lie les humains et les éléments, le matériel et l’invisible, dans un grand tout commun. Et, à travers le destin épique de son héroïne, elle célèbre la force des femmes.
Véronique Rossignol – Livres Hebdo

Éblouissant. Parvenir à épouser la destinée d'une femme inuit avec cette puissance évocatrice est un miracle.
Le Passeur Critique

Un voyage ethnologique et poétique dans un univers polaire au charme magnétique !
Sociolitté

Plus qu’un voyage, c’est une épopée initiatique et ethnologique à travers les étendues polaires de ce continent qu’on voudrait voir comme un « paradis blanc », lors du « grand jour qui dure toujours  », quand en été le soleil ne se couche jamais. Mais si Bérengère Cournut défie les éléments, elle a écrit ce roman à l’aide des documents du Muséum d’histoire naturelle. Et son récit scientifique est nimbé d’une poésie insoupçonnée. La quête intemporelle d’Uqsuralik sur les sentiers de sa féminité, questionne notre rapport à la nature, notre fragilité au monde, notre humanité. Une très belle rencontre de cette nouvelle rentrée.
Sébastien Thomas-Calleja - À voir à Lire