LE TRIPODE

L'Enfant guigne

Edward Gorey


The Hapless Child (1961) est la version très personnelle qu'Edward Gorey nous propose du célèbre roman pour la jeunesse Princesse Sara : aventures d'une petite écolière anglaise. Ce roman, écrit par Frances H. Burnett en 1888, conte les infortunes d'une jeune et riche héritière, Sara Crewe, qui se voit brutalement jetée dans la misère suite à la disparition tragique de son père. Après bien des déboires et avoir été réduite quasiment en esclave dans un pensionnat londonien, elle est finalement secourue par un gentleman qui lui permettra de retrouver sa fortune.

Il ne fallait pas s'attendre avec Edward Gorey à un tel happy end. Si le point de départ de son histoire est très proche du texte original, la chute en est bien différente et rappelle un autre sommet d'humour noir de l'auteur, Les Enfants fichus...  

 

 

L’Auteur

Edward Gorey (1925 -2000) est un dessinateur singulier. Ne nous attardons pas sur sa vie sentimentale ou le nombre de ses bagues, et retenons l'essentiel. Certains se souviennent de lui comme de l'étrange individu, portant jeans et manteau de fourrure, qui assista pendant un quart de siècle à toutes les représentations du New York City Ballet. D'autres savent que sa belle-mère chantait la Marseillaise dans le film Casablanca ou qu'il vivait avec en moyenne sept chats dans un petit appartement new-yorkais. Les plus érudits le connaissent pour son générique de la série Mystery !, les plus âgés se rappellent son décor renversant pour le Dracula donné à Broadway en 1977. Le plus étonnant, c'est le nombre d'Américains qui ont eu, un jour ou l'autre, un livre d'Edward Gorey entre les mains. Extravagantes, inclassables, souvent d'inspiration surréaliste, toujours brèves et délicieuses à parcourir, ces ouvres farfelues font la joie des amateurs de livres décalés. Les recueils de Gorey sont aujourd'hui rassemblés dans des anthologies. Sa maison de campagne - Elephant House - a été transformée en musée. Plusieurs essais explorent son univers. Tim Burton le revendique comme maître.
L'œuvre d'Edward Gorey comprend plus d'une centaine de livres.