LE TRIPODE

Pourquoi l'horizon ne suit pas la barre tordue du balcon

Fabienne Yvert


Comme beaucoup de monde
Marie préfèrerait être née en France,
à Versailles-les-Oies
comme presque tout le monde,
elle est née ailleurs…

 
Sur le papier, l’histoire est simple : un conflit de voisinage ou plutôt, une détestation pure de la voisine. Mais quand on ouvre un livre de Fabienne Yvert, rien n’est jamais tout à fait simple. Sans nous en rendre compte, sa poésie agit sur nous avec une intelligence malicieuse. Derrière la spontanéité de Pourquoi l’horizon…, se dessine ainsi en creux l’histoire d’une famille dans un bidonville amélioré de  Marseille, où vit toujours Fabienne Yvert, et d’une immigration qui s’est nourri au rêve français d’une intégration. Fabienne Yvert écrit comme elle dessine, sculpte, met en scène : de collages en superposition de visions banales, de regards acérés sur le quotidien en pensées ironiques, elle offre un regard moderne sur notre monde. Son livre doux amer interroge notre façon d’interagir en société, ce « vivre ensemble » qui ressemble beaucoup à un « bricoler nos vies avec le peu qu’on a ». En cela, Pourquoi l’horizon se lit un peu comme l'improbable croisement, au bord de l’eau, des Mythologies de Barthes et des Paroles de Jacques Prévert.


L'illustration de couverture a été réalisée par Camille Nicolle.

L’Auteur

Fabienne Yvert est typographe, plasticienne, poète, bricoleuse, auteur, autant de qualifications par lesquelles l’artiste française se joue des codes et les bouscule.
Après des expériences de livres d’artiste dans les années 1980, Fabienne Yvert a multiplié à partir des années 1990 la parution de textes de poésie, que ce soit dans des recueils à l’enseigne des éditions Harpo & ou dans des revues telles que If, Action poétique, Le Cahier du refuge ou Nouvelles hybrides.
Son univers poétique, principalement dédié à l'exploration du quotidien, s'enrichit d'une expérience typographique et artistique dont témoigne la plupart de ses ouvrages (Téléscopages, 2010 ; L’Endiguement des renseignements, 2012 ; Papa part, maman ment, mémé meurt, 2011, réédité en janvier 2018).

Presse

Sensible dès le titre, le charme de l'écriture de Fabienne Yvert tient dans un subtil dosage entre tendresse, cruauté et drôlerie.
C. B. et S. H. – Les Notes

Le roman de Fabienne Yvert est un remède à la morosité !
Béatrice Leroux – Les Traversées – Paris 5e

Une petite merveille acidulée de poésie.
Librairie La Pensée sauvage – Metz

Novateur, drôle, créatif.
La librairie du Plateau – Chevilly-la-rue

L'histoire poétique et puissante de Marie, qui tisse son quotidien avec malice et passion, parfois avec désespoir.
Librairie Le Chameau-sauvage – Toulouse