LE TRIPODE

Magdalene

Georges Peignard


Comment faire entendre la beauté de ce qui est ? Sans nostalgie, ni vanité ? Magdalène ravive avec ferveur un monde pris entre les terres et l’océan, et dans les mailles du temps. Un homme entend, se souvient, scrute les âmes et paysages qui l’ont traversé. Et son attention, si humble, si vive, fait de cette écoute un horizon, l’éternité.
 
« J’ai été pétri et je suis sorti de ces corps et de ces lieux. Puis d’autres territoires, d’autres étendues se sont déployés. Le cœur du récit reste une expérience sensible, corporelle au monde. [...] Je m’y suis plongé avec le bonheur d’un amoureux qui s’immerge, le mange, le porte, est blessé par lui, chaque cicatrice, chaque douleur, chaque chaleur au creux de la main et du ventre disant des connaissances, d’infimes compréhensions, peut-être dérisoires, mais si essentielles pour moi. »
(Georges Peignard, lettre du 14 novembre 2022)

L’Auteur

 

Sculpteur et écrivain, dessinateur, peintre et facteur de marionnettes, Georges Peignard interroge à travers ses œuvres l’histoire, et l’empreinte qu’elle laisse sur nos vies. Il enseigne par ailleurs à l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne.
 
Il est l’auteur au Tripode de Varlamov (2019), La Fin du cuivre (2020), Fugitive (2021) et Magdalène (2023). Il a aussi apporté ses peintures à l’essai biographique Élisée Reclus, penser l’humain et la terre (2022).