logo_tripode LE TRIPODE
 
Facebook Twitter issuu

Les Mers perdues

Jacques Abeille, François Schuiten


Un milliardaire recrute pour une expédition mystérieuse une jeune géologue, un dessinateur, un écrivain et un guide. Nul ne sait leur destination. Sont-ils en quête d’un trésor ? De rivages ignorés ? Ou d’une aventure intérieure ?

À l’origine de ce projet, il y a la découverte et l’admiration immédiate de François Schuiten pour les Jardins statuaires, roman de l’écrivain Jacques Abeille. Fasciné par ce livre, troublé par les résonnances qu’il suscite avec son propre travail, François Schuiten a présenté à Jacques Abeille une série de dessins. L’écrivain, à son tour émerveillé par la proximité entre ces dessins et l’univers romanesque qu’il a développé, a conçu le récit d’une expédition dans des contrées imaginaires, où une civilisation s’est développée autour d’anciennes et étranges statues...

Par ses thèmes et ses principes narratifs, Les Mers perdues se rapproche du cycle des Cités Obscures (de Schuiten).

 

L’Auteur

Jacques Abeille est né en 1942. Professeur d’art plastique, il amorce une œuvre poétique et romanesque qui, après les accidents successifs des Jardins statuaires, se retrouve disséminée chez une myriade d’éditeurs. Les Jardins statuaires sont le point de départ d’un ambitieux Cycle des contrées, où alternent des textes amples et de brefs fragments qui entrent en relation les uns avec les autres. Jacques Abeille construit une œuvre à l’architecture singulière et complexe, à base de fragments, de secrets, de personnages d’archivistes, de voyageurs, et d’hétéronymes...

Le Dessinateur

Né le 26 avril 1956 à Bruxelles, Schuiten est dessinateur de bande dessinée et scénographe. Il a reçu le Grand prix de la ville d'Angoulême et a été élevé au rang de baron par le roi Albert II en 2002.

 

Presse

« L'un a dessiné des tailleurs de brume, I'autre a raconté des sculptures qui poussent. Jumeaux par les rêves, Schuiten et Abeille devaient se rencontrer. »
A. B., Le Magazine Littéraire

On « est frappé par la parfaite harmonie texte-dessin que ce livre illustré dégage. Schuiten dessine comme jamais avec ses tripes et il nous montre une face plus brute de son travail. Sublime ! »
F. B., dBD